Entre anthropologie et histoire : les conversos de Majorque

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

2e vendredi du mois de 9 h à 11 h (salle 3, RdC, Bât. Le France, 190 av de France 75013 Paris), du 9 novembre 2012 au 10 mai 2013. Séance supplémentaire lundi 11 février de 17 h à 19 h (salle 587, bât. Le France). La séance du 8 mars est anticipée au 1er mars, même heure, salle 2 (bât. Le France)

Le séminaire étudiera certaines dynamiques historiques du groupe des descendants de Juifs convertis de Majorque, les Xuetes. Nos travaux porteront plus particulièrement sur la période pendant laquelle certains xuetes pratiquaient massivement des rituels cryptojuifs. L’analyse des riches sources dont on dispose pour le seul groupe de conversos espagnols qui est encore reconnu comme tel permettra de poser un ensemble de questions cruciales pour les études sur les marranes. La relative tolérance de la société majorquine à l’égard des Xuetes (1530-1678), ainsi que la stabilité des noms de famille majorquins, qui permet le suivi des familles pendant des siècles, érigent cette communauté en un laboratoire privilégié pour mieux comprendre certaines dynamiques des sociétés d’Ancien Régime. Retiendront notamment notre attention : les relations entre parenté, ethnicité et religion ; les dynamiques internes de la distinction sociale ; la nature syncrétique de l’univers religieux d’un groupe complexe et en redéfinition permanente.

Suivi et validation pour le master : Mensuel annuel/bimensuel semestriel (12 h = 3 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Intitulés généraux :

  • Enric Porqueres I Gené- La parenté politique
  • Renseignements : sur rendez-vous.

    Direction de travaux d'étudiants : sur rendez-vous.

    Réception : sur rendez-vous.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : enric.porqueres(at)ehess.fr

    Compte rendu

    Le séminaire a accueilli les travaux en cours des étudiants ainsi que l’étude de certaines dynamiques sociales et religieuses du groupe des conversos majorquins, les Xuetes, pendant le XVIIe siècle. Plus particulièrement, il s’est agi d’explorer le syncrétisme et les barrières religieuses mouvantes propres à cette communauté puis d’interroger certaines pratiques matrimoniales. La documentation d’une série de mariages entre cousins germains, plus nombreux que ne le laissait penser à la seule lecture des registres paroissiaux, nous a permis d’approcher d’un phénomène rare à l’époque et qui concerne uniquement certaines des familles xuetes. En l’occurrence, au sein de l’élite conversa, les porteurs du très peu fréquent patronyme de Tarongi concentrent la plupart des occurrences de ce comportement matrimonial. Ceci ne s’explique pas complètement pour des raisons patrimoniales. L’influence des affiliations religieuses, tout comme celle de certaines prétentions sociales liées à la présence d’ancêtres anoblis en Sicile à partir du XVIe siècle lors de leur fuite du Royaume de Majorque, permettent de commencer à donner du sens à une pratique extrêmement peu courante à l’époque en Europe.

    Publications

    • « La persona mediadora. El parentesco a la luz de la cosmologia », Ankulegi. Revista de Antropologia Social, n° 16, 2012, p. 11-27.
    • « Prénoms de famille », dans L’Italia dei cognomi. L’antoponimia italiana nel quadro mediterraneo, sous la dir. d’A. Addobbati, R. Bizzocchi et G. Salinero, Pise, Pisa University Press, 2012.
    • « Syncretysmes xuetes à Majorque au XVIIe siècle », dans Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, II. Passages et contacts en Méditerranée, sous la dir. de J. Dakhlia et W. Kaiser, Paris, Albin Michel, 2013.

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 27 février 2013.

    EHESS (Siège), 190-198 avenue de France 75244 Paris cedex 13 - Tél : 01 49 54 25 25

    Crédits et mentions légales - Accessibilité - Flux RSS