Défense du cas particulier

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Vendredi de 9 h à 11 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 16 novembre 2012 au 21 juin 2013. La séance du 22 février se tiendra salle M. et D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris

Ce groupe de travaille accueille chercheurs en sciences sociales et cliniciens rassemblés par l'étude du champ social de la folie. Saisie à travers les transferts qu'elle impose, celle-ci met en évidence une recherche active sur les catastrophes du lien social.

Au moment où paraît dans Cell un article où un généticien affirme n'avoir travaillé qu'à partir d'un cas particulier-lui-même, nous retournons vers une des propositions de Ludwig Wittgenstein : "Rien ne vaut l'étude de quelques cas particuliers". À partir du "laboratoire à deux" que constitue la relation analytique et ses interférences dans le cas de trauma ert de folie, nous mettrons à l'épreuve la formule d'Harry Stack Sullivan dans les années 30, :"Les schiozophrènes sont le sujet des sciences sociales".

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire annuel (48 h = 2 x 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Sociologie

Intitulés généraux :

  • Françoise Davoine- Folie et lien social
  • Jean-Max Gaudillière- Folie et lien social
  • Renseignements : écrire à Jean-Max Gaudillière, 164 bd du Montparnasse 75014 Paris.

    Niveau requis : nécessité d'un projet de recherche écrit.

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 31 janvier 2013.

    EHESS (Siège), 190-198 avenue de France 75244 Paris cedex 13 - Tél : 01 49 54 25 25

    Crédits et mentions légales - Accessibilité - Flux RSS