Des sciences sociales de la nature ?

À l'occasion de la première édition d'ALLEZ SAVOIR. Festival des sciences sociales

Les sciences sociales s’intéressent depuis leurs débuts à la nature et à l’environnement. Elles étudient par exemple les différentes manières dont notre relation à la nature et au vivant se transforme dans le temps et se configure selon les particularités d’un milieu social, d’une région du monde ou d’une époque. Ces thèmes, qui traversent tous les champs disciplinaires et s’expriment dans toutes les aires culturelles, sont abordés au sein de toutes les unités de recherche de l’EHESS.

Dans les interventions médiatiques que les chercheuses et chercheurs de l’EHESS ont consacrées à la nature, ces dernières années, s’illustrent tant le regard singulier des sciences sociales que la variété des approches qu’elles déploient. Les thèmes environnementaux rencontrent ainsi les études post-coloniales, le destin des peuples autochtones, les problématiques de genre et de classe, la réflexion sur le capitalisme contemporain, les enjeux métaphysiques et les défis sociaux et politiques de la mondialisation.

 

Une diversité de perspectives

Les interventions, aussi diverses en termes thématiques que disciplinaires, apportent un éclairage original sur nombre d’enjeux associés à la nature. Des anthropologues étudient par exemple, dans le sillage des travaux de Philippe Descola, les conceptions de la nature et de l’articulation entre nature et culture au sein des différentes cultures et régions du monde. La réflexion sur l’habiter, renouvelée il y a quelques années par les travaux géographiques et anthropologiques d’Augustin Berque, est aujourd’hui reprise à travers le thème des « cabanes » (Jean-Marc Besse, Marielle Macé) et de la réflexion sur les pratiques zadistes.

Les significations politiques et métaphysiques de notre relation à la nature sont explorées par plusieurs chercheuses et chercheurs à partir de notre expérience du vivant non-humain sous toutes ses formes : animale (Anne Simon, Pierre-Olivier Dittmar…) ou végétale (Emanuele Coccia, Sylvain Piron…). Certains de ces travaux ouvrent d’ailleurs une interrogation sur le rôle et la signification de l’écologie politique, conduite plus directement ailleurs (Pierre Charbonnier, Thomas Piketty).

 

Comprendre la crise environnementale

Une approche économique des enjeux climatiques est développée par plusieurs auteurs (Pierre-Yves Geoffard, Pierre-Cyrille Hautcœur…), qui travaillent sur la notion de taxe carbone ou s’intéressent aux conflits liés à la raréfaction de certaines ressources naturelles, mettant ainsi en question les relations entre économie et écologie.

L’histoire des sciences et des techniques conduit à transformer notre regard sur la crise environnementale et le dérèglement climatique, en montrant par exemple que les préoccupations écologiques ne datent pas du XXème siècle, en interrogeant le concept d’anthropocène ou en montrant les liens entre l’histoire du capitalisme et les déséquilibres actuels (Christophe Bonneuil, Pierre Charbonnier, Jean-Baptiste Fressoz, Benoit Hazard…).

 

La nature au cœur de la première édition du festival ALLEZ SAVOIR

Forte de cette richesse d’approches et de perspectives, l’EHESS lance cette année ALLEZ SAVOIR. Festival des sciences sociales sur le thème « En finir avec la nature ? ». Il se déroulera à Marseille du mercredi 25 au dimanche 29 septembre. Ouvert à tous, convivial et gratuit, l’événement accueillera discussions libres, spectacles, expositions, projections, activités ludiques, conférences comestibles et éclairs poétiques au cœur du patrimoine marseillais.

 

La liste des interventions ci-dessous n’est ni exhaustive ni représentative. Elles sont présentées dans l’ordre inverse de leur publication, des plus récentes au plus anciennes.

  • « Vite une cabane ! », Jean-Marc Besse et Marielle Macé, France Culture, 26 avril 2019

 

 

 

Plus d'informations

À consulter