"Le son et la musique au prisme des sound studies"

Colloque international organisé par le CRAL (UMR 8566-EHESS/CNRS) et le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP), 24-26 janvier 2019, Paris

Dans le cadre d’un partenariat PSL University – Columbia University (Department of Music/Center for Ethnomusicology)

On assiste actuellement à un foisonnement de recherches sur le son et l’écoute. L’idée de subsumer les catégories de bruit, de son et de musique, concerne plusieurs disciplines en sciences humaines et sociales, dont la musicologie, l’anthropologie, la sociologie, l’histoire, ou encore la géographie. Des travaux se font également jour en esthétique, en architecture, en urbanisme ou en histoire de l’art, lorsqu’elle aborde le son indépendamment de la voix et de la musique. Par ailleurs, le son et l’écoute offrent des perspectives prometteuses en neurosciences, en acoustique ou en psychologie cognitive, encourageant ainsi les rencontres entre les sciences sociales et les sciences expérimentales.

Le succès international des sound studies peut être mesuré à leur tendance à devenir une discipline académique, avec ses frontières thématiques, ses institutions propres, ses auteurs canoniques. Ce mouvement d’institutionnalisation suscite à l’occasion des réactions sceptiques voire hostiles, dont celle de Steven Feld, « I hate Sound Studies ! » Pour cet auteur, lui-même emblématique du renouveau de l’anthropologie du son, ce seraient surtout une vision managériale de la recherche et un biais ethnocentrique pro-Occidental qui poseraient problème. Cependant, la définition et la délimitation de ce champ sont loin d’être stabilisées. Et la discussion peut être élargie à comment l’étude du son rejoint celle d’autres phénomènes sensibles, ou aux défis épistémologiques que pose une sociohistoire du sonore, ou encore au rôle de la discipline qui, historiquement, a revendiqué une primauté dans ce domaine sans toujours en tirer les conséquences, à savoir la musicologie. De par leur vocation pluridisciplinaire même, les sound studies doivent-elles demeurer une « indiscipline » (Mitchell), défiant les taxinomies académiques ?

Ce colloque international a pour vocation d’ouvrir un dialogue entre toutes ces approches du son, en accueillant des propositions portant par exemple sur les axes suivants :

-       Peut-on parler d’une préhistoire des sound studies ?

-       Institutionnalisation des sound studies : pour ou contre ?

-       Conséquences épistémologiques des sound studies pour la musicologie

-       L’analyse musicale peut-elle être utile pour étudier les sons non musicaux ?

-       Quelles formes communes ou différenciées prend l’étude du son dans les sciences humaines et sociales ?

-       L’approche des sound studies change-t-elle selon les aires géographiques et/ou culturelles ?

-       La notion de politique sonore est-elle fertile ?

-       Musique, design sonore, silence

 

Des résumés de 400 mots (maximum) doivent être envoyés à sonmusique.paris2019@gmail.comavant le 15 juin 2018.  Veuillez inclure: titre, nom, affiliation, adresse électronique, exigences AV, biographie (150 mots). Les communications de doctorants et de chercheurs en début de carrière seront particulièrement bienvenues. Si vous avez des questions supplémentaires, n’hésitez pas à contacter le comité d’organisation : sonmusique.paris2019@gmail.com

Comité d’organisation :Esteban Buch (EHESS/CRAL), Rémy Campos (CNSMDP), Walter Fisch (Columbia University), Karine Le Bail (EHESS/CRAL, CNRS), Ana Maria Ochoa Gautier (Columbia University), Lola San Martin (University of Oxford, EHESS/CRAL), Tristan Labouret (CNSMDP), Violeta Nigro Giunta (EHESS/CRAL), Jonathan Thomas (EHESS/CRAL).

Informations pratiques

Date(s) limite(s)
  • Vendredi 15 juin 2018 - 18:00
À consulter
Chercheur(s):
Esteban Buch