Le logement comme lieu de persécutions anti-juives dans les villes européennes, 1933-1945

Conférence internationale
American University of Paris (January 11 and 12, 2018) 

Co-organisée par :

Le George and Irina Schaeffer Center for the Study of Genocide, Human Rights and Conflict Prevention, American University of Paris
Le Centre de Recherches Historiques (EHESS-CNRS)
L'Institut de Sciences sociales du Politique, Université Paris Nanterre-ENS Paris Saclay-CNRS

Comité d’organisation :

Isabelle Backouche (EHESS-CRH), Eric Le Bourhis (FMS-ISP), Shannon Fogg (Missouri S&T), Sarah Gensburger (CNRS-ISP), Constance Pâris de Bollardière (AUP), Brian Schiff (AUP).

 

L’histoire de la Shoah a récemment emprunté des concepts et outils à la géographie. Deux publications ont marqué ce tournant spatial  : Geographies of the Holocaust (Knowles et al. 2014) et Hitler’s Geographies (Giaccaria and Minca 2016). Ces dernières études locales et spatiales se sont cependant presque exclusivement concentrées sur les lieux d’exécution, les camps et les ghettos. Elles se sont peu tournées vers les villes « ordinaires » de l’Ouest et du Sud-Est de l’Europe dans lesquelles les persécutions se déroulèrent dans l’espace de manière plus diffuse. Or, les persécutions anti-juives ne se limitèrent nullement à des espaces conçus et transformés tels que les camps et les ghettos, mais envahirent l’ensemble de la vie quotidienne dans les villes européennes : les espaces publics, les lieux de travail et les espaces privés tels que les logements. Dans ce paysage du quotidien, circulent non seulement des Juifs et des agents de la persécution mais également tout l’environnement résidentiel des victimes : concierges, voisins, nourrices, propriétaires, gérants immobiliers, sous-locataires, administrations locales etc. Bien que l’historiographie ait peu souligné de telles interactions, ces derniers acteurs occupent une place centrale dans la mémoire des rescapés juifs. Le tournant spatial qui touche depuis une quinzaine d’années le monde anglophone de la recherche sur la Shoah s’est concentré sur les lieux symboliques du génocide. De nombreux travaux ont certes été réalisés sur les saisies et réaffectations d’appartements occupés par des Juifs ainsi que sur les spoliations, le plus souvent dans les villes du Reich, mais les immeubles et villes ordinaires en tant que lieux de persécutions, les interactions entre voisins Juifs et non-Juifs ainsi que d’autres aspects spatiaux restent à explorer. Des contributions récentes ont ouvert ce nouveau terrain de recherche et sont à l’origine de cette conférence.

Ce colloque souhaite articuler plusieurs perspectives et méthodes concernant le logement urbain et les persécutions anti-juives. Nous espérons rassembler des chercheurs en sciences sociales issus de plusieurs disciplines afin de confronter diverses approches et études de cas, qu’il s’agisse de villes du Reich comme de villes occupées d’Europe occidentale ou orientale. Inspirée par les recherches récentes sur le cas parisien, cette conférence portera en partie sur les saisies et réaffectations d’appartement des Juifs de la capitale française mais ne se restreindra pas à ces questions.

Nous invitons les chercheurs à nous faire part de propositions d’une page pour des contributions portant sur les sujets suivants :

  • la relation entre les persécutions et les politiques de logement / l’aménagement urbain ;

  • les bénéficiaires des spoliations des appartements occupés par des Juifs ;

  • les interactions entre Juifs et non-Juifs autour de la saisie des logements, de leur réaffectation ou de leur restitution après la libération ;

  • la question du logement dans les expériences individuelles (l’usage de témoignages tels que ceux de la Visual History Archive sont les bienvenus)

 

Modalités de soumission et calendrier

Les propositions sont à envoyer à : cparisdebollardiere@aup.edu and ericlebourhis@hotmail.com, avant le 3 juillet 2017. Les réponses seront données aux candidats le 20 juillet.

Les demandes de soutien financier pour les participants ne résidant pas en région parisienne seront étudiées.

Informations pratiques

Date(s) limite(s)
  • Lundi 03 juillet 2017 - 18:00