Numéro spécial des Cahiers du monde russe: Au-delà du brejnévisme /Beyond Brezhnevism

L'image du « socialisme réel » comme ère de la « stagnation » disparaît peu à peu des études sur l'Union soviétique. Ce sont bien plutôt les transformations culturelles et sociales manifestes à l'ère brejnévienne qui sont aujourd'hui l'objet d'un renouvellement historiographique. Malgré l'immobilisme d'une direction politique incapable de réformer sérieusement un système économique et politique à la dérive, et alors que s'atténuent la répression politique et le contrôle idéologique, les Soviétiques créent, revigorent et investissent des espaces d’autonomie. En même temps, les processus socio-culturels qui s'épanouissent pendant les années 1964- 1982 obéissent à des temporalités propres qui précèdent ou débordent les bornes chronologiques de la direction brejnévienne : qu'on pense à l'urbanisation, au développement du tourisme, des moyens de communications et des médias, ou encore à l'accès accru à l'enseignement supérieur. L'étude de ces phénomènes déjà relevés mérite d'être renouvelée sur la base de sources écrites ou orales auxquelles le chercheur a désormais accès. De même, l’accent porté récemment sur la diffusion de modes de consommation et de pensée transnationaux et sur l'augmentation des échanges internationaux relativise le cadre géographique soviétique. Les Cahiers du Monde russe souhaitent remettre doublement en cause le « brejnévisme », à la fois comme incarnation de la « stagnation » et comme cadre temporel et spatial strictement borné, inadapté à l'étude des évolutions sociales, culturelles et économiques profondes qui amenèrent les bouleversements de la seconde moitié des années 1980 et l'effondrement de l'URSS.

Informations pratiques