« L’histoire doit avoir une utilité civique », avec Gérard Noiriel