« Le virus est une force anarchique de métamorphose », avec Emanuele Coccia