Île Maurice, nouveau champ de recherche? 1968-2018

Colloque international organisé par Mathieu Claveyrolas (CEIAS, Paris), Julie Peghini (Univ. Paris 8, CÉMTI)  et Catherine Servan-Schreiber (CEIAS, Paris)

 

Maurice fête cette année les 50 ans de son indépendance. En 1968, les observateurs promettaient un sombre avenir à la nouvelle nation, dépendante de la monoculture sucrière, dépourvue de ressources minières ou naturelles, et traversée de tensions communautaires. Un demi-siècle plus tard, le bilan est bien plus nuancé. Maurice est devenu le seul pays africain classé dans la catégorie « à revenu intermédiaire » (Grégoire et al. 2011 : viii), dans un contexte global de paix civile et de démocratie. La jeune nation mauricienne fait néanmoins face à de nombreux défis (du développement durable à l’harmonie communautaire en passant par l’éducation, la culture, et l’équilibre géopolitique aux côtés des géants indien et chinois).

Longtemps, le « rapport » de Burton Benedict (1961) est resté bien seul parmi les recherches académiques centrées sur l’île Maurice. Mais, après plusieurs études historiques (anglophones) autour des années 1990 (Simmons 1982, Carter 1995, Teelock 1998, Allen 1999, Vaughan 2005), depuis une dizaine d’années ont été publiés de nombreux ouvrages, notamment francophones, permettant de baliser le champ d’étude mauricien (Boswell 2006, Eisenlohr 2006, Chazan & Ramhota 2009, Servan-Schreiber 2010, Grégoire et al. 2011, Lionnet 2012, Servan-Schreiber 2014, Salverda 2015, Peghini 2016, Déodat 2016, Carmignani 2017, Chilin 2017, Claveyrolas 2017).

Aujourd’hui, les recherches académiques sur Maurice se multiplient et renouvellent le domaine. L’anniversaire du demi-siècle d’indépendance du pays nous semble une opportunité de faire le point sur ces enjeux en mettant en dialogue les multiples angles d’approche privilégiés dans l’étude de Maurice.

La multiplication des échelles (de la géopolitique à l’intime, en passant par la communauté ou la famille), des disciplines et des perspectives (notamment comparatistes) devrait enrichir les discussions.

 

Keynotes :

  • Françoise Lionnet (Harvard Univ.) : ‘Créole’ ? Mythes et imaginaires francophones, 1768-1968, ou comment comprendre le passé pour aller de l’avant
  • Gilles Clément (Paysagiste) : De Pierre Poivre aux Roussettes noires
  • Patrick Eisenlohr (Goettingen Univ.) : Religionization and creolization as nation-building in Mauritius

 

Panels:

  • Créativités mauriciennes
  • Quelle indépendance pour un pays créole ?
  • Vers un état des lieux

 

Soirée littéraire au Théâtre Le Tarmac (8 octobre)

159 Avenue Gambetta 75020 Paris - entrée libre

  • Projection de courts-métrages (Porteurs d'images)
  • Table ronde autour d’Ananda Devi et Shenaz Patel
  • Présentation du numéro de la revue Siècle 21 consacré à l’île Maurice
  • Cocktail 

 

 

Bibliographie

ALLEN, Richard, 1999, Slaves, Freedmen and Indentured Laborers in Colonial Mauritius, Cambridge UP

BENEDICT Burton, 1961, Indians in a Plural Society. A report on Mauritius, Londres, HM’s stationery office.

BOSWELL, Rosabelle, 2006, Le Malaise Créole. Ethnic Identity in Mauritius, New York, Oxford, Berghahn books.

CARMIGNANI Sandra, 2017, Mémoires de l’esclavage et créolité. Le patrimoine du Morne à l’Ile Maurice, Karthala

CARTER Marina, 1995, Servants, Sirdars and Settlers. Indians in Mauritius, 1834-1874, Delhi, OUP.

CHAZAN-GILLIG Suzanne et RAMHOTA Pavitranand, 2009, L’hindouisme mauricien dans la mondialisation, IRD/MGI, Paris/Moka, Karthala.

CHILIN, Jérémy, 2017, Les Créoles de l’île Maurice des années 1930 à l’indépendance : processus de construction identitaire d’une communauté, thèse soutenue à l’Université Paris Diderot (non publiée).

CLAVEYROLAS, Mathieu, 2017, Quand l’hindouisme est créole. Indianité et plantation à l’île Maurice. EHESS éditions.

DÉODAT, Caroline, 2016, Troubler le genre du "séga typique". Imaginaire et performativité poétique de la créolité mauricienne, thèse soutenue à EHESS (non publiée).

EISENLOHR Patrick, 2006, Little India. Diaspora, Time, and Ethnolinguistic Belonging in Hindu Mauritius, Berkeley, University of California Press.

GRÉGOIRE Emmanuel, HOOKOOMSING Vinesh et LEMOINE Gérard (eds.), 2011, Maurice : De l’île sucrière à l’île des savoirs, Vacoas, Éditions le Printemps.

LIONNET Françoise, 2012, Le su et l'incertain. Cosmopolitiques créoles de l'océan Indien, Mauritius, l'Atelier d'écriture, collection Essais et critiques littéraires. 

PEGHINI Julie, 2016, Ile rêvée, île réelle, le multiculturalisme à l’île Maurice, Paris, PUV.

SALVERDA, Tijo, 2015, The Franco-Mauritian Elite. Power and Anxiety in the Face of Change, New York, Oxford, Berghahn.

Anthropologie, Histoire, Sociologie et sciences politiques Anthropologie culturelle, Arts, Danse, Diaspora, Littérature, Mémoire

Informations pratiques

Date(s)
  • Lundi 08 octobre 2018 - 14:00 - 18:15
  • Mardi 09 octobre 2018 - 09:15 - 18:00
Lieu(x)
  • EHESS (salle 737) - 54 boulevard Raspail 75006 Paris
Contact(s)
  • mathieu.claveyrolas@laposte.net
  • julie.peghini@gmail.com
  • catherine.servan-schreiber@ehess.fr