Histoires connectées de la danse : le cas de Jean Cébron, chorégraphe, pédagogue et passeur artistique entre l’Europe, l’Asie et les Amériques

Colloque international organisé par Tiziana LEUCCI (CEIAS, EHESS/CNRS, Paris, Conservatoire ‘Gabriel Fauré’ Les Lilas-Est Ensemble) et Pierre-Philippe MEDEN (Université de Lyon, Maison des Sciences de l’Homme, Paris Nord) 

« Il (Jean Cébron) était tellement précis ; ce n’était donc pas évident d’expérimenter des choses avec toutes les barrières qu’il nous mettait. La personne qui m’a le plus appris !» Pina Bausch, dans : Walter Vogel, Pina, L’Arche, Paris 2014 : 27.

 

Le présent colloque a pour but d’analyser la circulation des artistes, ainsi que les interactions culturelles entre l’Europe, l’Asie, les États-Unis et l’Amérique Latine, à travers le parcours exemplaire du danseur, chorégraphe, peintre et pédagogue français, Jean Cébron (né à Paris, en 1927).
 
Formé en Europe et aux Etats Unis à la danse classique et moderne, indienne et javanaise, Jean Cébron a travaillé comme danseur, professeur et chorégraphe dans plusieurs pays. Ainsi, par l’apprentissage de ces diverses traditions chorégraphiques passées au crible de sa propre sensibilité, Jean Cébron a élaboré une méthode personnelle alliant rigueur technique et lyrisme, bien visible grâce à une gestualité poétique hautement expressive. Après divers séjours dans des écoles de danse et de théâtres d’Opéra à Londres, New York et Santiago du Chili, Cébron a enseigné quelques années à l’Accademia Nazionale di Danza de Rome, avant de succéder à son maître Kurt Jooss (1901-1979) comme professeur de la Folkwangs Tanzchule à Essen, en Allemagne. Cette école était alors un vivier de danseurs et chorégraphes désormais célèbres, tels que Pina Bausch (1940-2009), avec laquelle il a cosigné plusieurs compositions, mais aussi Susanne Linke (1944) et de nombreux autres artistes.
 
Le colloque rassemblera en premier lieu, et pour la première fois, des anciens élèves de Jean Cébron (V. Heinen, M. Iglesias-Breuker, T. Leucci, B. Libonati, E. Tedde), à leur tour danseurs, chorégraphes et enseignants, ainsi que des historiens et anthropologues de la danse, spécialistes des traditions chorégraphiques européennes, américaines et asiatiques (T. Leucci, E. Randi, R. Viviani).
 
À travers l’exemple de Jean Cébron, intervenants et public discuteront des interactions entre artistes, mais aussi entre techniques et méthodes chorégraphiques, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Le colloque abordera, entre autres, la question de la transmission des techniques de danse, la circulation des artistes entre plusieurs continents, l’élaboration dialogique des leurs savoirs chorégraphiques mais aussi la censure, la dissidence, la résistance ou encore l’exil suite aux persécutions politiques et raciales.
 
Les interventions seront complétées par de précieux entretiens et documents visuels inédits, ainsi que des extraits de films et documentaires d’époque.
 
Ce premier événement, qui privilégie la parole des élèves, ouvre un projet de recherche qui inclura d’autres colloques et journées d’étude autour de l’œuvre de Jean Cébron et son apport à la danse et au théâtre contemporains.
 
Nous espérons ainsi pouvoir reconstituer une partie des histoires connectées (selon la formule de Sanjay Subrahmanyam & Serge Gruzinski) de la danse, qui restent encore mal connues (du fait des histoires nationales), et éclaircir les enjeux de ces rencontres et dialogues fructueux entre les artistes d’origines et de traditions variées.

 

Anthropologie, Arts, Circulations, Danse, Histoire, Interactions, Migration(s), Pédagogie, Témoignage

Informations pratiques

Date(s)
  • Lundi 29 mai 2017 - 09:00 - 18:45
Lieu(x)
  • Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord (Auditorium) - 20, avenue George Sand 93210 Saint-Denis