Musique et pouvoir. De l\'institution à la passion

Colloque EHESS/CRAL
Centre de Recherches sur les Arts et le Langage

VENDREDI 26 MAI / 14h-18h, salle 1
SAMEDI 27 MAI 2006 / 10h-18h, salle 7

105 bd Raspail


À l’écoute d’une œuvre musicale, les liens entre musique et pouvoir sont loin d’être évidents. Cette relation, qui touche un large éventail d’objets, se trouve pourtant au centre de nombreuses recherches aujourd’hui. Du fait des spécificités de son langage, la musique permet en effet des lectures différentes, parfois propices à une utilisation extra-musicale : d’une part elle peut prendre place dans un contexte lié à une forme de pouvoir, d’autre part elle peut inventer et acquérir ses propres pouvoirs de manière intrinsèque.

Le pouvoir, notion particulièrement polysémique, peut être défini par sa nature, ses modes d’action, sa cible, son médium ou encore sa portée. Quelles significations peut-il alors prendre dans une perspective proprement musicale et musicologique ? Comment penser les articulations et interactions de ces deux entités, musique et pouvoir, aussi riches et différentes ?

Pour structurer ces deux journées de réflexion, la notion de pouvoir sera envisagée sous trois angles : en premier lieu le pouvoir institutionnel, à travers l’étude d’institutions musicales ou d’actions publiques en faveur de la musique ; le pouvoir politique ensuite, la musique étant considérée comme un lieu de représentation et d’action ; et enfin le pouvoir de la musique en tant qu’influence sur l’homme. Ce colloque tentera ainsi de traiter la question des rapports entre pouvoir et musique dans toute leur complexité, en confrontant différents corpus et approches méthodologiques.


VENDREDI 26 MAI

14h00 Esteban Buch (CRAL/EHESS), introduction

I. L’institution musicale

14h30 Gesa zur Nieden, « ‘Un solennel bouquet s’apprête’. La Cantate /Napoléon III /au Théâtre Impérial du Châtelet à l’occasion de la Saint-Napoléon de 1863 »

15h10 Yves Balmer, « Entre analyse et propagande : l’utilisation des programmes de concerts par Olivier Messiaen »

15h50 Pause

16h10 Malika Combes, « L’identité française de la musique à la veille de mai 68. L’exemple du Prix de Rome »

16h50 Hervé Bouley, « La musique au sein du dépôt légal : une résonance de pouvoirs »


SAMEDI 27 MAI

II. La musique et la cité

10h00 Jacques Cheyronnaud, « L’énonciation chansonnière à l’épreuve de sa visibilité publique. Chanson et politique sous la Restauration »

10h40 Sara Iglesias, « Les musicologues français face à Vichy. Le cas Paul-Marie Masson »

11h20 Pause

11h40 Igor Contreras, « L’utilisation de la figure et l’œuvre de Manuel de Falla sous le Premier Gouvernement Régulier de Franco »

12h20 Laurent Feneyrou, « Luigi Nono, Walter Benjamin et l’état d’exception »

13h00 Pause


III. L’emprise des sons

14h30 Marlène Britta, « Les effets de la musique à la Renaissance: pouvoir et séduction »

15h10 William Rodriguez, « Design sonore et émotion : impact ‘psycho-somatique’ du son quotidien »

15h50 Pause

16h10 Emmanuelle Olivier, « Vie et pouvoir d’un chant chamanique bushman »

16h50 Denis Laborde (LAIOS/MSH), conclusion

17h30 Pot de clôture

Informations pratiques

Date(s)
  • Vendredi 26 mai 2006 - 14:00
Lieu(x)
  • EHESS Salle 1 et 7, 105, bd Raspail, 75006 Paris,