Les réformistes musulmans et leur rayonnement dans l’espace francophone : débats acteurs / observateurs

Organisé dans le cadre de l’appel à projet lancé par le Bureau central des cultes (DLPAJ) du ministère de l’Intérieur intitulé « Les approches réformistes dans l’islam contemporain et leur influence en France » et, en partenariat avec le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, ce colloque permettra aux acteurs du réformisme islamique de l’espace francophone d’échanger et de débattre avec des universitaires observateurs de ce courant original de l’islam contemporain pour les faire entrer en dialogue, et ce, devant un public large.

Les acteurs musulmans invités seront, pour la plupart, ceux qui auront répondu positivement à des entretiens questionnant leur positionnement original sur des questions telles que leur positionnement vis-à-vis des « Textes fondateurs » (Coran et sunna), du patrimoine juridico-théologique classique (fiqh) et de ses oulémas, du prophète Muḥammad et des Compagnons (ṣaḥāba), de la sécularisation / laïcisation, du rapport hommes / femmes, des sciences humaines, de l’altérité interne (position vis-à-vis d’autres penseurs / courants de l’islam) et de l’altérité externe (l’altérité confessionnelle, les non-musulmans). Il s’agira d’approfondir ces questionnements en les mettant en débat les uns avec les autres.

Comment définir ce qui relève du réformisme islamique et ce qui n’en relève pas ? Qu’englobe-t-on par cette dénomination qui qualifie certains acteurs plutôt que d’autres ? Des chercheurs ont produit des travaux importants sur les militants / acteurs de la pensée islamique qui tenaient compte des défis imposés par leur contemporanéité. De manière non-exhaustive, nous pouvons citer entre autres (des plus anciennes publications aux plus récentes) : Louis Massignon[1], Henri Laoust[2], Jacques Jomier[3], Albert Hourani[4], Jacques Berque[5], Gilbert Delanoux[6], Farish Noor[7], Rachid Benzine[8], Abdou Filali-Ansari[9], Charles Kurzman[10], Alain Roussillon[11], Malika Zeghal[12], Mohamed Haddad[13] et Steven Duarte[14]. Il s’agira de questionner ces tentatives typologiques par un aller-retour entre le discours académique et celui des acteurs eux-mêmes.

Enfin, pour que la recherche académique s’ancre au cœur des légitimes questionnements du grand public, ce colloque permettra également des débats entre les invités mais aussi avec le public sur ces questions complexes.

[1] Louis Massignon, « Les vraies origines dogmatiques du Wahhābisme : liste des œuvres de son fondateur », Revue du Monde musulman, vol. 36 (1918-1919): p. 320-326.
[2] Henri Laoust, « Le réformisme orthodoxe des “Salafiya” et les caractères généraux de son orientation actuelle », Revue des Études Islamiques, vol. 6 (1932) : p. 175-224.
[3] Jacques Jomier, Le Commentaire coranique du Manâr : tendances modernes de l’exégèse coranique en Égypte, Paris, G. P. Maisonneuve, 1954.
[4] Albert Hourani, La pensée arabe et l’Occident (« Arabic Thought in the Liberal Age 1798-1939 »), Paris, Naufal, 1991 (1re éd. 1962).
[5] Jacques Berque, « Cà et là dans les débuts du Réformisme religieux au Maghreb », Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provencal, vol. 2, Paris, G. P. Maisonneuve et Larose, 1962, p. 471-494 et L’islam au temps du monde, Paris, Sindbad, 1984.
[6] Gilbert Delanoue, Moralistes et politiques musulmans dans l’Égypte du XIXe siècle : 1798-1882, vol. 1 et 2, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale du Caire, 1982.
[7] Farish A. Noor, New Voices of Islam, Leiden, ISIM, 2002.
[8] Rachid Benzine, Les nouveaux penseurs de l’islam, Paris, Albin Michel « Espaces libres », 2004.
[9] Abdou Filali-Ansari, Réformer l’islam ? : une introduction aux débats contemporains, Paris, La Découverte, 2004.
[10] Charles Kurzman, Liberal Islam : a source book, New York/Oxford, Oxford University Press, 1998 et An Islamic reformation ?, Lanham, Lexington Books, 2004.
[11] Alain Roussillon, La pensée islamique contemporaine acteurs et enjeux, Paris, Téraèdre « L’Islam en débats », 2005.
[12] Malika Zeghal, « Réformismes, Islamismes et Libéralismes religieux », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée [En ligne], juillet 2008, mis en ligne le 16 juillet 2008, consultable sur http://remmm.revues.org/index5303.html et « Nouvelles contraintes discursives et réformismes religieux : les intellectuels musulmans dans la sphère publique américaine », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée [En ligne], juillet 2011, mis en ligne le 1 juillet 2011, consultable sur http://remmm.revues.org/index5443.html.
[13] Mohamed Haddad, Le réformisme musulman : une histoire critique, Paris, Mimesis « Triquetra », 2013 (1re éd. 2011).
[14] Steven Duarte, « Contribution à une typologie des réformismes de l’islam : les critères distinctifs du “réformisme islamique” », Arabica, Brill, 63/3-4, 2016, p. 294-323.

Co-organisation : Laboratoire Pléiade (Université Paris 13) et l’IISMM (Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman).

Projet financé par le Bureau central des cultes (DLPAJ) du ministère de l’Intérieur, en partenariat avec le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

Responsable scientifique du projet :

  • Steven DUARTE, Maître de conférences arabe / islamologie, spécialiste des réformismes de l’islam Université Paris 13 - Université Sorbonne Paris Cité.

Comité organisateur :

  • Omero MARONGIU-PERRIA, Chercheur associé (Institut pour le pluralisme religieux et l’athéisme – Université de Nantes) Directeur pédagogique ECLEE-France.
  • Djuhra BENCHIR, Aumônier militaire du culte musulman (ministère des Armées – Paris École Militaire).
Sociologie et sciences politiques Islam

Informations pratiques

Date(s)
  • Vendredi 29 septembre 2017 - 09:00 - Samedi 30 septembre 2017 - 12:30
Lieu(x)
  • EHESS (Amphithéâtre François-Furet) - 105, boulevard Raspail 75006 Paris
À télécharger