Communiqué | Thérapies de conversion

Une table ronde sur les conversions forcées des personnes homosexuelles réunissant sociologues, anthropologues, historiens, philosophes et associations

L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) organise la table ronde « Thérapies de conversion » le 9 novembre de 17h à 20h au Campus Condorcet à Aubervilliers (Centre des Colloques – Auditorium 250). Sociologues, anthropologues, historiens, philosophes et associations échangeront sur les conversions forcées des personnes homosexuelles. Des extraits du documentaire Homothérapies, conversion forcée de Bernard Nicolas (Arte) seront diffusés et dialogués.

 

En début du mois, la loi interdisant les thérapies de conversion a été adoptée à l’Assemblé nationale. Les députés ont adopté à l’unanimité mardi 5 octobre la proposition de loi interdisant les thérapies de conversion, qui prétendent transformer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre. C’est dans ce contexte que l’EHESS apporte son regard via une table ronde.

Électrochocs, lobotomies frontales, « thérapies » hormonales… : dans les années 1970, aux États-Unis, la dé-psychiatrisation de l’homosexualité met progressivement fin à ces pratiques médicales, tout en donnant naissance à des mouvements religieux qui prétendent « guérir » ce qu’elles considèrent comme un péché, une déviance inacceptable. Depuis, les plus actives de ces associations – les évangéliques d’Exodus ou les catholiques de Courage – ont essaimé sur tous les continents, à travers une logique de franchises. Bénéficiant d’une confortable notoriété aux États-Unis ou en Pologne, ces réseaux œuvrent en toute discrétion en France et en Allemagne.

Mais si les méthodes diffèrent, l’objectif reste identique : convertir les personnes homosexuelles à l’hétérosexualité ou, à défaut, les pousser à la continence. Comme Deb, fille d’évangélistes de l’Arkansas ouvertement homophobes, Jean-Michel Dunand, aujourd’hui animateur d’une communauté œcuménique homosensible et transgenre, a subi de traumatisantes séances d’exorcisme. De son côté, la Polonaise Ewa a été menée de messes de guérison en consultations chez un sexologue adepte des décharges électriques.

Ce sont ces sujets que sociologues, anthropologues, historiens, philosophes et membres d’associations discuteront autour du programme suivant :

.

  • 17h-18h30 – Table ronde

Céline Béraud (sociologue-CéSor) / Franck Bouchetal (sociologue-Ministère chargé des Sports) / Cléo Carastro (anthropologue et historienne-EHESS- ANHIMA) / Barbara Carnevali (philosophe-CESPRA) / Marco Diani (sociologue-CESPRA) / Anthony Favier (association « David et Jonathan ») / Régis Schlagdenhauffen (sociologue-Centre Georg Simmel) / Marina Zuccon (association « Carrefour des Chrétiens inclusifs »)

.

  • 18h30-19h15 – Projection

Extraits du film de Bernard Nicolas : Homothérapies, conversion forcée(Arte)

.

  • 19h15-20h – Débat sur le film documentaire

Avec le réalisateur Bernard Nicolas et en présence de Sophie Elizéon, préfète déléguée à la Dilcrah, et des députés Laurence Vanceunebrock et Bastien Lachaud (sous réserve) qui ont rédigé le rapport parlementaire de 2019.

 

 

Le CESPRA - Centre d'études sociologiques et politiques Raymond Aron
UMR 8036 du CNRS et de l'EHESS, le CESPRA réunit des chercheurs - sociologues, historiens, philosophes, politistes (démocratie et démocraties ; univers de violence, génocides et tyrannies ; révolutions, politisations, engagements) - concourant à une étude interdisciplinaire du politique.

 

L’EHESS
Créée en 1975, l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) constitue l’un des principaux pôles de sciences humaines et sociales en Europe. Elle est unique dans le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche français, tant du fait de son projet intellectuel interdisciplinaire que grâce à son modèle de formation par la recherche, à son ancrage international et à son ouverture sur la société. L’EHESS réunit près de 800 enseignants-chercheurs, 3000 étudiants du monde entier et 500 personnels administratifs et d'appui technique à la recherche. L’École est implantée à Paris, au Campus Condorcet à Aubervilliers, Toulouse, Lyon et Marseille et héberge près de 40 unités de recherche. Elle héberge des enseignant·es-chercheur·es invité·es et dispose de sa propre maison d'édition : les Éditions de l'EHESS.

 

Informations pratiques 
Entrée libre et gratuite
Mardi 9 novembre – 17h à 20h
Campus Condorcet – Centre des Colloques – Auditorium 250
10 Rue des Fillettes, 93300 Aubervilliers
Événement : https://www.ehess.fr/fr/table-ronde/th%C3%A9rapies-conversion

.

Contact presse 
Audrey Rouy 
06 14 12 66 35
audrey.rouy@ehess.fr

Plus d'informations