L'EHESS apporte son soutien à la Central European University (CEU)

Lors de l'Assemblée des enseignants de l'EHESS, le président de l'École, Christophe Prochasson, a rappelé qu'il revient à l'École des hautes études en sciences sociales de manifester sa solidarité en faveur des institutions universitaires menacées par des pouvoirs autoritaires qui cherchent à les contraindre au silence. L'Ecole ne saurait rester inerte face à ces atteintes intolérables à la liberté de penser.

Alors que la Central European University (CEU) se voit contrainte de cesser ses activités en Hongrie, Christophe Prochasson a adressé une lettre de soutien à Michael Ignatieff, son recteur.

 

« Monsieur le Recteur, cher collègue,

 J'ai appris avec beaucoup de tristesse le refus de signer l'agrément qui vous aurait permis de poursuivre vos activités à Budapest que vient d'exprimer le Gouvernement hongrois. La décision qui vous frappe constitue une grave atteinte au principe fondamental de la liberté universitaire. A l'heure où les néo-nationalismes et les dérives autoritaires gagnent du terrain eu Europe, l'éviction de Central European University est un fort mauvais signe. Mon prédécesseur, Pierre-Cyrille Hautcœur, avait eu l'occasion de vous manifester le soutien de l'ensemble de l'EHESS. Tous nos collègues ont suivi avec attention et sympathie le combat quotidien que vous avez mené depuis vingt mois pour éviter une situation dommageable à une excellente Université qui, en un peu plus d'un quart de siècle, est devenu un pôle européen de la recherche en sciences sociales.

Je tiens à vous exprimer mon admiration pour votre détermination à rester à Budapest. Je veux aussi vous dire l'entière solidarité de l'ensemble des personnels et des étudiants de l'EHESS. La décision inique qui vous affecte est une menace pour l'ensemble de l'enseignement supérieur et de la recherche européens. Elle portera aussi atteinte à l'ensemble des institutions de savoir en Hongrie, qui vont perdre un partenaire actif et engagé.

Au-delà d'une indispensable solidarité professionnelle, je souhaite très vivement que votre installation à Vienne vous permette de poursuivre votre activité dans de bonnes conditions. Votre engagement et votre courage au cours de ces derniers mois a été pour nous tous un exemple. Par leur taille et par leurs objectifs, l'EHESS et CEU partagent de nombreux points communs. Certains de vos professeurs, comme Gabor Klaniczay, ont des liens étroits avec nos collègues historiens. Je serais donc très heureux de pouvoir engager des collaborations avec votre Université si vous pensez qu'elles peuvent avoir une quelconque utilité pour vous.

En vous renouvelant ma totale solidarité, je vous prie d'agréer, Monsieur le Recteur et cher collègue, l’expression de mes sentiments confraternels et solidaires. »

Christophe Prochasson
Président de l'EHESS

Plus d'informations