L'EHESS et l'Inalco signent une convention de partenariat relative à la formation des étudiants

Christophe Prochasson, président de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), et Jean-François Huchet, président de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), ont signé lundi 30 septembre 2019 une convention de partenariat relative à la formation des étudiants dans les deux institutions. Cette convention marque une étape importante dans le redéploiement stratégique de l’EHESS à la suite de son éviction de PSL.

 

La convention vise à renforcer la collaboration entre les deux établissements en offrant aux masterantes et masterants de l’EHESS et de l’Inalco la possibilité de suivre des enseignements dans chacune des deux institutions.

Construit autour d’un axe central de l'identité scientifique de l'EHESS – les aires culturelles –, ce partenariat marque une étape importante du redéploiement stratégique de l’École suite au refus de PSL d’intégrer l’EHESS dans sa gouvernance. En plus d’étoffer l’offre de cours des deux institutions, ce rapprochement entre l’EHESS et l’Inalco constitue la première étape d’une alliance entre établissements désireux d’élargir d’autres coopérations scientifiques et pédagogiques.

Appuyée sur des pratiques et des intérêts partagés, cette convention a pour objet principal la possibilité pour les étudiants de valider douze crédits d’enseignement par année de master dans l’institution voisine (à l’exception des séminaires de tronc commun à l’EHESS et dans la limite des places disponibles pour certains cours de langue de l’Inalco). Elle disposera bientôt de prolongements sur des terrains scientifiques – notamment des journées d’étude sur les aires culturelles –, mais aussi plus politiques, en matière d’accueil des étudiants exilés. Nous nous réjouissons de ces projets et de l’esprit d’amitié qui a présidé à l’élaboration de cette convention.

Ce premier temps dans le déploiement de nouvelles alliances s’inscrit aussi dans l’horizon des collaborations renforcées que le Campus Condorcet suscite d’ores et déjà, sans s’y réduire puisque l’Inalco ne fait pas partie du Campus. Cette atmosphère commune de travail annonce la mise en œuvre de projets partagés qui, tout en respectant les établissements, contribueront à les transformer dans une dynamique collective.

 

Plus d'informations