Atelier d’anthropologie scolastique : Questions disputées en histoire intellectuelle du Moyen Âge

Annemieke Verboon (LabEx Hastec postdoctoral Fellowship), L'âme sensitive en texte et image l'enseignement de la science de l'âme (Fin XVe siècle)
Mercredi 13 mai de 15h à 17h

Une partie de l'âme est immortelle et immatérielle, mais l'âme médiévale a aussi des parties inextricablement dépendantes des organes. Dans cette intervention, Annemieke Verboon parlera des sièges physiques de l'âme (le cerveau et le foie), et le tissage entre l'âme et corps, conçus à la frontière de la philosophie naturelle (la science de l'âme), des doctrines chrétiennes et la médecine, à travers une série de textes et des images des étudiants à la faculté de Leipzig (XVe siècle). Ces étudiants apportent surtout l'attention à «l'âme organique» - le principe responsable des fonctions vitales inextricablement dépendantes des organes des êtres vivants. Ces fonctions allaient des opérations vitales de la digestion et de la reproduction, à la sensation et l'émotion, aux fonctions cognitives supérieures de l'imagination et de la mémoire. Ils ont exclu de « l'âme organique » l'intelligence et la volonté, qui n'avaient pas besoin d'organes physiques.

Chiara Franceschini (Fernand Braudel-IFER Fellowship), Les limbes, histoire d'un dogme impossible
Mercredi 20 mai de 15h à 17h

Boursière Braudel au CRH et enseignante de Renaissance Studies à l’University College de Londres, Chiara Franceschini présentera certains aspects de son livre à paraître sur l’histoire et les images des limbes en Occident entre XIVe et XVIIIe siècles. Alors que le peu de recherches menées sur ce thème s’achèvent sur le moment de naissance de cette notion, entre XIIe et XIIIe siècles, la persistence, les variations et les représentations de la fluctuante notion des limbes et du destin des masses de morts innocents non baptizés – les petits enfants, les patriarches, le païens et les non-chrétiens vertueux – n’ont jamais fait l’objet d’une recherche historique. L’histoire des limbes en tant que lieu de l’au-delà chrétien a duré dix siècles environ: depuis quand l’expression ‘limbus inferni’ (ourlet ou marge de l’enfer) commença à être utilisé par les théologiens occidentales au XIIe siècle jusqu’à l’abandon de l’«hypothèse limbes» de la part de la papauté contemporaine. En abordant la question d’un point de vue historique et en se concentrant sourtout sur les siècles entre bas Moyen Âge et époque moderne, il s’agira d’interroger une vaste typologie de sources pour repondre à les questions suivantes: pourquoi les limbes, à difference d’autres lieux de l’au-delà chretien, ne sont jamais devenus un dogme? Comment et pourquoi les fidèles crurent et furent encouragés à croire en cette «hypothèse»? Qu’est-ce que les images ajoutent à la longue histoire de la liminalité des morts non baptisés?

Informations pratiques

Chercheur(s):
Date(s)
  • Mercredi 20 mai 2015 - 15:00
Lieu(x)
  • EHESS - Salle 4, 105, boulevard Raspail, 75006 Paris,