De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la Caraïbe française au XIXe siècle

Entre 1854 et 1862, plus de 18500 hommes, femmes et enfants originaires du continent africain furent envoyés, sous l’égide du gouvernement français, en Guyane, en Guadeloupe et en Martinique.

Suite à l’abolition de l’esclavage décrétée le 27 avril 1848, le gouvernement français avait, quatre ans après celle-ci, mis en branle un programme destiné à l’immigration transatlantique de travailleurs recrutés sous contrat d’engagement de travail. Par le procédé dit du « rachat préalable », les captifs des marchés d’êtres humains du littoral ouest-africain, furent alors engagés par les recruteurs français qui leur imposèrent un contrat de travail de dix années dans lequel ces « rachetés », figuraient en tant que « noirs libres ». L’engagisme succédait ainsi à l’esclavagisme. Pour 93% de ces partants, la traversée de l’Atlantique s’avérera un voyage sans retour, à l’instar de la liberté supposée que seulement 7%, d’entre eux fut en mesure de recouvrer.

Internvenant

  • Céline Flory, Mondes Américians (CNRS/EHESS)

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Informations pratiques

Chercheur(s):
Celine Flory
Date(s)
  • Jeudi 18 février 2016 - 18:00
Lieu(x)
  • Musée du Quai Branly (salle 1) - 37, quai Branly 75007 Paris
À télécharger