L'homo œconomicus : un héritage médiéval ?

LES DÉBATS DU CAK - SAISON 17, SÉANCE 4

Pour cette séance, nous aurons le plaisir de recevoir Sylvain Piron (EHESS, CRH, AHLOMA), auteur de L’Occupation du monde (tome 1, Zones Sensibles, 2018) et Généalogie de la morale économique. L’Occupation du monde (tome 2, Zones Sensibles, 2020).

Discutant.es : Emanuel Bertrand (ESPCI Paris-PSL, CAK) et Julie Brumberg-Chaumont (PSL, CNRS, LEM)

 

Informations pratiques

 Mercredi 15 juin 2022, 10h30-12h30

 Séance en présentiel : Campus Condorcet, bâtiment de recherche Sud, salle 0.015 (RdC)

 Ouverte à toutes et tous, sans inscription, dans la limite des places disponibles et dans le respect des gestes barrières

 Suivie d'un cocktail déjeuner

 

Les ouvrages

L’Occupation du monde

Face à l’aggravation des crises environnementales qu’elle a provoquées, la société industrielle semble frappée d’aveuglement. Elle est bercée de l’illusion que tout finira par s’arranger, grâce à la souplesse du marché, l’innovation technique et l’inventivité du capital. Toute une mythologie économique entrave ainsi la réflexion et la perception de la gravité de la situation. Dans le but de défaire cette mythologie, ce livre cherche à en comprendre l’histoire, en associant deux voies complémentaires. Le désastre vers lequel nous avançons est annoncé depuis un demi-siècle. Parmi les penseurs de l’écologie politique des années 1967-72, les parcours de Gregory Bateson et d’Ivan Illich permettent d’observer l’émergence de cette réflexion, puis son occultation sous l’effet du tournant néo-libéral des années 1980. Mais pour saisir la puissance du mythe et ses effets dévastateurs, il faut remonter bien plus haut. L’appétit de transformation du monde naturel par l’action humaine correspond à une pente générale de l’Occident dans la longue durée du second millénaire de l’ère chrétienne. C’est ce que l’on peut décrire comme une dynamique d’occupation du monde, au double sens d’une occupation objective par des êtres subjectivement occupés à le transformer.

Les théologiens scolastiques ont été les premiers à observer le phénomène au XIIIe siècle. Point de départ d’une pensée de l’économie, leur philosophie morale peut aujourd’hui fournir des arguments critiques face aux dogmes de la pensée économique contemporaine. Alors que les réflexions politiques et sociologiques ont eu maintes fois l’occasion de reformuler leurs postulats, la pensée économique est demeurée prisonnière de présupposés qui lui confèrent à présent une texture quasiment théologique. Cet impensé est le premier responsable de notre incapacité à faire face aux crises actuelles.

Cet essai d’histoire de longue durée propose une interprétation globale du destin économique de l’Occident, en vue de défendre la nécessité d’un autre rapport au monde. Il sera suivi d’un second volume qui exposera la formation des mythes et des concepts économiques modernes.

Généalogie de la morale économique. L’Occupation du monde 

Plus d’un siècle après que Nietzsche a proclamé la mort de Dieu, ce livre reprend le marteau de la critique pour éprouver les nouvelles idoles de l’époque avec une détermination égale. Appeler à l’inversion de toutes les valeurs revient aujourd’hui à destituer la seule valeur régnante. Il n’y aura pas d’issue à l’impasse dans laquelle s’enferre la société industrielle tant que la mesure sociale fondamentale sera fournie par la production d’unités de valeur marchande et non pas, disons, par la contribution au bien-être collectif de tous les hôtes de la biosphère. Pour apprécier les embarras du monde contemporain, l’histoire intellectuelle du Moyen Âge occidental offre un excellent observatoire. Le privilège de la période médiévale tient à la position qu’elle occupe : elle constitue l’altérité la plus proche du monde moderne. De ce fait, elle propose un point de vue sans égal pour juger de son devenir. Placé dans une perspective de longue durée, le moment présent perd un peu de son caractère de surgissement indéchiffrable.

Informations pratiques

Chercheur(s):
Date(s)
  • Mercredi 15 juin 2022 - 10:30 - 12:30
Lieu(x)
  • Campus Condorcet, bâtiment de recherche Sud (salle 0.015, rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers
Contact(s)
  • alice.jourdan@ehess.fr