Gérard Genette (1930-2018), l’un des grands intellectuels de notre temps

La communauté des sciences sociales a appris avec une grande tristesse la disparition de Gérard Genette, survenue le vendredi 11 mai 2018. Incarnant une critique littéraire insérée dans les sciences sociales, ses Figures ont retenti bien au-delà des seuls spécialistes de la littérature et ont fait de Gérard Genette, à l’instar de Roland Barthes, l’un des grands intellectuels de notre temps. L’École des hautes études en sciences sociales perd avec lui l’un des derniers représentants d’une génération qui en a fait l’éclat.

Comme le rappellent Anne Simon, Anne Lafont et Philippe Roussin dans leur texte d'hommage, il a été l’un des membres fondateurs du Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL) en 1983, avec Raymond Bellour, Claude Brémond, Hubert Damisch, Louis Marin, Christian Metz et Tzvetan Todorov. Il a créé la revue Poétique avec Hélène Cixous et Tzvetan Todorov, et cofondé avec ce dernier la collection éponyme aux éditions du Seuil.

Né en 1930, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, agrégé de lettres en 1954, Gérard Genette commence par enseigner en hypokhâgne de 1956 à 1963 au lycée du Mans. Il est ensuite, jusqu’en 1967, l’assistant de Marie-Jeanne Durry à la Sorbonne, avant d’être élu maître de conférences à l’EPHE VIe section grâce au soutien de Roland Barthes, et de devenir directeur d’études au sein de la nouvelle EHESS jusqu’à sa retraite en 1994.

Son œuvre, à partir des années 1970, aura exercé une influence internationale considérable sur les études littéraires, la poétique et la narratologie avant, dans les années 1990, de marquer le domaine de l’esthétique générale à partir d’un dialogue inédit en France avec l’esthétique analytique.

Philosophie psychologie arts et langage Ecriture, Esthétique, Fiction, Littérature, Narratologie