Comparaisons ecclésiologiques à ras de terre : pratiques de gestion des dons et du foncier dans les Eglises éthiopiennes et orientales

La reconnaissance et l’institution de la pratique religieuse comme activité autonome sont lagement conditionnées par l’inscription physique sur un territoire, à commencer par les parcelles réservées à la construction de lieux de culte, s’étendant souvent à des propriétés foncières génératrices de vivres et de revenus destinés à nourrir et entretenir les membres du clergé. Cette ressource importante est complétée, voire substituée, par des dons qui impliquent des pratiques spécifiques de collecte, d’enregistrement, de conservation et d’usage. L’économie des Églises, ou « ecclésiologie à ras de terre » telle que nous la désignons ici, révèle divers niveaux de pratiques de gestion de ces ressources par des membres du clergé qui ont développé dans ce domaine des savoir-faire plus ou moins spécialisés et distincts des autres registres de l’activité religieuse. Établissant des liaisons entre le sacré et le profane, ces pratiques sont aussi révélatrices de niveaux variables de complémentarité et compétition avec les cadres politiques et juridiques des autorités séculaires. Cette rencontre propose d’étudier et de comparer les situations historiques et contemporaines de plusieurs communautés chrétiennes éthiopiennes, en Éthiopie ou hors d’Éthiopie, qui impliquent des procédures concrètes de gestion des ressources foncières et des dons. Une comparaison sera aussi engagée avec d’autres communautés chrétiennes orientales, dans la perspective d’élargir cette démarche comparative à d’autres thématiques lors de prochaines rencontres organisées au cours de l’année 2016 dans le même cadre.

Informations pratiques

Chercheur(s):
Date(s)
  • Mardi 29 mars 2016 - 09:00 - 18:00
Lieu(x)
  • EHESS (salle des artistes) - 96, boulevard Raspail 75006 Paris
À télécharger