Critique de la transmission

Cette journée doctorale du centre Georg Simmel sera consacrée au thème
de la critique de la transmission. L'une des nombreuses facettes de la
tension entre le passé et un dit futur est recouverte par la notion de
transmission; D'un coté des expériences individuelles ou collectives
faisant ou non l'objet d'une intention de circulation, de l'autre des
héritages, des interprétations et des appropriations affiliées qui ne
reflètent pas toujours les expériences dont elles s'inspirent ou
découlent. La tension temporelle et historique sur laquelle se joue et
se rejoue ce que l'on nomme la transmission de l'expérience, consciente
ou non, chez les acteurs impliqués connaît souvent des moments de
rupture; la mort d'une personne, le bombardement d'une ville ou
l'incapacité d'une société à gérer ses déchets nucléaires sont autant
d'évènements disruptifs, catastrophiques parfois, permettant de marquer
un avant et un après, et de distinguer des dynamiques de transmission à
l’œuvre. [i]Quelles intentions de transmission existent ? qu'est ce qui se transmet ? comment ça se transmet ? à qui cela se transmet-il ?[/i]
ces quatre questions communes à nos travaux nous permettront de créer
des passerelles entre les différentes temporalités et contextes
historiques afin de voir à l’œuvre des dynamiques de transmission. Au
delà de la confrontation de disciplines, nous souhaitons prendre au
sérieux l'hypothèse que la transmission de l'expérience déborde d'un
strict cadre descriptif, analytique ou historique.

Les interventions de Giovanni Matera et de Laurent Vannini seront discutées par Lucie Bonnet (EHESS/Simmel) et Frédérik Detue (Université de Poitiers). La discussion sera animée par Alice Lavabre (EHESS/Simmel).

Informations pratiques

Date(s)
  • Vendredi 13 mars 2015 - 14:00
Lieu(x)
  • Centre Georg Simmel , 96 boulevard Raspail , 75006 Paris ,