Dans la boîte noire des politiques de sécurité

En matière d'études sur les politiques publiques de « sécurité », la simple définition de l'objet « sécurité/sécuritaire » donne à voir un schiisme scientifique, qui bien qu'évocateur, demeure flou et peu défini, prisonnier d'approches paradigmatiques perçues et présentées comme contradictoires. Ces deux approches, trop rarement complémentaires vont souvent jusqu'à provoquer des controverses.

Nous organisons ainsi une première journée d’études les 16 et 17 juin qui se fixe comme objectif de rassembler les jeunes chercheurs s’intéressant aux politiques publiques de sécurité, selon trois axes qui ne se veulent pas exhaustifs mais qui constituent des pistes de réflexions :

  • Axe 1: Enquêter sur les politiques publiques de sécurité : Comment construire son objet de recherche et son cadre d'enquête ? Comment et définir et redéfinir son objet et le statut de l'enquêté dans le cadre de la relation d'enquête ?
  • Axe 2 : Comment repenser l’étude des politiques de sécurité, les discours et injonctions au prisme des pratiques effectives des acteurs de ce qui constitue un espace d’interaction autour de la production, mise en œuvre et réception de ces politiques ? Comment appréhender les discours officiels en tant qu'identité professionnelle, militante, personnelle, intervenant dans des processus anciens, institués, ou plus récents ?
  • Axe 3: Dans quelle mesure et par quels processus, les alternances de responsabilités et de pouvoir ont-elles des influences concrètes sur les pratiques ? Comment appréhender les conditions de déflation ou de consécration de certains dispositifs, instruments, ou plusgénéralement, de discours et d'action sécuritaire ?

Programme 

Jeudi 16 juin

9h : Accueil des participants.

9h30 : Introduction par Marion Guenot (CRESPPA-LapTop, Université Paris 8) et Kevin Vacher (CRESPPA-CSU, Université Paris 8).

10h : Panel 1 : Questions méthodologiques et épistémologiques dans les études de sécurité.

  • Saisir l’objet « sécurité » : Regard critique sur le label « études critiques de sécurité », Simonneau Damien (Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux).
  • De la construction d’un objet de recherche contemporain à un objet socio-historique : analyse des dossiers de la police spéciale en Seineinférieure dans l’entre-deux-guerres, Guillaume Neveu (DYSOLA, Université de Rouen).
  • Discutante : Vanessa Codaccioni (CRESPPA-CSU, Université Paris 8)

12h : Pause déjeuner.

14h : Panel 2 : Continuités et discontinuités : de nouveaux enjeux pour la police en France.

  • La réforme de la garde à vue. La fin du «huis clos policier » ?, Bargeau Adélaïde (SAGE, Université/IEP de Strasbourg).
  • Les politiques publiques de sécurité au prisme des politiques et des stratégies de formation dans la police nationale. Traductions, transformations adaptations, Jean-Michel Schlosser (CEREP, Université de Reims Champagne-Ardenne).
  • Discutant : Jérémie Gauthier (IRIS-EHESS, Centre Marc Bloch)

16h : Panel 3 : De l’ordre dans la ville : policer au-delà de la police.

  • Identifier et Prévenir le trouble à l'ordre public. Logiques de police dans l'administration du concours de la force publique en matière d'expulsions locatives, Camille François (CRESPPA-CSU, Université Paris VIII).
  • L'enjeu de la sécurité dans les quartiers résidentiels supérieurs : un moyen de contrôle de l'espace local, Lorraine Bozouls (OSC, Sciences Po, URBEUR, Università Milano Bicocca).
  • Discutante : Eleonora Elguezabal (INRA, CESAER/CMH)

18h : fin de la première journée. 

Vendredi 17 juin 

9h : Panel 4 : Positions et prise de positions 

  • Europol et les polices nationales : entre intérêts professionnels et luttes politiques ? , Agathe Piquet (CERSA, Université Paris 2).
  • Alterner son positionnement dans une enquête sur l’alternance de pouvoir, Ozdinc Gizemnur (PACTE, IEP de Grenoble).
  • Discutante : Laurence Proteau (CESSP-CSE-EHESS, Université d’Amiens)

11h : Panel 5 : De la réception des injonctions sécuritaires par les acteurs non policiers, une blindzone ? 

  • L'outil radio comme médiateur entre l'émission et la réception d'énoncés prescriptifs, Rita Carlos (CESDIP, Université de Versailles St Quentin).
  • Dénoncer et revendiquer : des entrepreneurs de morale dans un champ en construction, Tommaso Giuriatti (LAMES-LISA, Université de Corse Pasquale Paoli).
  • Discutante : Nora El Qadim (CRESPPA-LapTop, Université Paris 8) 

13h : Pause déjeuner 

14h30 : Panel 6 : Des discours “bruyants” aux politiques publiques.

  • Renouveler l'étude des politiques anti-traite : un projet doublement ethnographique, Estelle Miramond (LCSP –CEDREF –CASE, Université Paris 7).
  • Entre le sécuritaire et l’humain : la gestion du risque dans l’enfermement des étrangers en Belgique, Andrew Crosby (GERME, Université libre de Bruxelles).
  • Discutante : Louise Tassin (URMIS, Université de Nice –Sophia Antipolis) 

16h30 : Conclusion

Informations pratiques

Chercheur(s):
Laurence Proteau, Jeremie Gauthier
Date(s)
  • Jeudi 16 juin 2016 - 09:00 - 18:00
  • Vendredi 17 juin 2016 - 09:00 - 16:30
Lieu(x)
  • Université Paris VIII (Batiment D, salle D143) - 2, rue de la Liberté Saint-Denis 93526
À télécharger