Le discours à l’intersection des pratiques sociales et des pratiques langagières : remarques sur l’Amérique latine

Journée d’études du discours

Le discours bénéficie d'une existence paradoxale : constitutif de l'espace social, il est à l’origine des rapports de pouvoir et d’opinion dans une société ; en même temps, le discours est constitué par l'espace social à travers des pratiques quotidiennes qui rendent possible la circulation du discours et qui le mettent « en scène ». Pour cette raison, le discours se trouve à l'intersection entre la langue et la société. En ce qui concerne spécifiquement l'analyse du discours (AD), ce champ disciplinaire, issu de la convergence de différents courants de recherche (linguistiques, sociologiques, philosophiques, anthropologiques et historiques), participe à un processus de « mondialisation des connaissances théoriques », dans lequel des « traditions théoriques précédemment séparées donnent naissance à des cultures scientifiques hybrides » (Angermuller, 2013: 72). Ces traditions théoriques représentent les bases de l’analyse du discours, champ disciplinaire en expansion continue aujourd'hui. En ce sens, ces journées d'études entendent mettre en évidence le fait que la compréhension efficace du phénomène linguistico-discursif passe par un examen attentif des pratiques sociales, en général, et des pratiques langagières, en particulier.

L'objectif est de comprendre, dans quelle mesure, le discours dès son émergence historique, s’articule aux enjeux sociaux et aux événements, et également dans quelle mesure les pratiques sociales représentent et diffusent les discours qui sont à leur origine, en renforçant ainsi l'existence paradoxale du discours. Comment les discours participent-ils aux rapports de pouvoir et d'opinion dans l'espace social ? Nous tenterons de répondre à cette question en prenant comme exemples quelques cas en Amérique latine. Quel est le rôle de l'histoire et de la mémoire dans la constitution des discours contemporains qui circulent, dans cette partie du monde, notamment concernant la construction des discours politiques, des mouvements sociaux et également des pratiques racistes ? Les travaux qui seront présentés par des chercheurs de différents pays latino-américains ayant en partage l’analyse du discours comme thème de réflexion aborderont différentes approches théoriques et méthodologiques.

Interventions

  • Une histoire officielle de l'oubli versus une mémoire de l'histoire officielle, Morgan Donot ( Présidente de l’Association ADAL, Docteure associée au CREDA CNRS - UMR 7227 Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)
  • Le mouvement noir au Brésil et la genèse de la formule « conscience noire », Helio Oliveira (EHESS / UNICAMP-Fapesp)
  • La linguistique au/du Brésil : une lecture discursive, Marco Antonio Almeida Ruiz (EHESS /UFSCAR- FAPESP)
  • Les stratégies de circulation et événement de petites phrases en politique : le cas de « Return, Lula », Tamires Bonani (Sorbonne Nouvelle/UFSCAR- FAPESP)
  • Construction du sujet politique « femme » pendant la campagne politique brésilienne : la femme politique, Livia Pires (LABOR / UFSCAR - FAPESP)

Informations pratiques

Date(s)
  • Mardi 18 octobre 2016 -
    14:00 - 16:00
Lieu(x)
  • EHESS (Salle 638, noyau A, 6e étage) - 190-198, avenue de France 75013 Paris
Contact(s)
  • helio.sjbv@gmail.com
  • marcoalmeidaruiz@gmail.com
  • angermue45@googlemail.com