L'historien et la psychanalyse

Demi-journée d’études coordonnée par Andreas Mayer (CAK, CNRS) autour de la parution de la 2e édition de Storia notturna. Una decifrazione del sabba de Carlo Ginzburg avec une nouvelle préface (Adelphi, 2017).

Depuis son émergence à la fin du XIXe siècle, la psychanalyse entretient un rapport difficile avec l'historiographie et les sciences sociales. Ce rapport fut souvent pensé, de façon schématique, sous le signe d’une antinomie ou, à l’inverse, d’une analogie trop étroite entre deux démarches face à l’altérité. Une des contributions de l’œuvre foisonnante de Carlo Ginzburg a été de développer une articulation originale et insolite entre psychanalyse, histoire et anthropologie ; articulation qui marque son ouvrage Storia notturna (Le sabbat de sorcières), paru d’abord en 1989, qui proposait plusieurs hypothèses sur la genèse et la diffusion des mythes et rites se rapportant aux aveux des hommes et des femmes accusés de sorcellerie. La parution d’une deuxième édition de cet ouvrage sera l’occasion de rouvrir le débat sur les questions méthodologiques et notamment sur le défi posé par la théorisation psychanalytique de l’inconscient à l’historien qui cherche à trouver une explication pour des phénomènes relevant de l’irrationnel.

Conférence de Carlo Ginzburg (Scuola Normale di Pisa) « Aux origines de la méthode de Morelli » suivie d'interventions de Giordana Charuty (EPHE), Etienne Anheim (CRH, EHESS) et Andreas Mayer (CAK, CNRS) et d'une table ronde.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Histoire Anthropologie, Histoire, Histoire des idées, Histoire des sciences et des techniques, Psychanalyse

Informations pratiques

Date(s)
  • Jeudi 03 mai 2018 - 15:00 - 19:00
Lieu(x)
  • EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris - salle 13
Contact(s)
  • marlon.aprosio@ehess.fr