Territoires et sociétés en Amazonie brésilienne. Approches récentes en anthropologie et en histoire

Cette journée d’études sur l’Amazonie brésilienne a pour but de discuter des travaux récents d’historiens et d’anthropologues portant, d’une part, sur les relations entre pouvoir et territoire à différentes échelles, et, d’autre part, sur les rapports des sociétés amazoniennes à leurs espaces de vie, aujourd’hui comme dans le passé.

Si l’Amazonie constitue depuis longtemps un terrain privilégié pour les spécialistes de l’histoire environnementale, y compris dans une perspective globale, ce n’est que plus récemment que l’histoire de cette région a commencé à être réellement prise en compte dans les grandes synthèses opérées sur l’histoire économique et politique de l’Amérique portugaise et du Brésil post-indépendance. En outre, les études sur les transformations de la nature et de l’économie amazonienne sont depuis quelques années plus intimement liées à l’histoire sociale de la région. Le développement de l’histoire de l’esclavage et de l’histoire des Amérindiens a ainsi permis de cesser de les voir comme de simples victimes de la violence des colonisateurs, pour les appréhender comme des acteurs essentiels de la construction des paysages – y compris ceux des villes – et des territoires politiques et économiques.

Du point de vue de l’anthropologie, si le rapport à l’environnement fait aujourd’hui l’objet de nombreuses études ethnographiques, les chercheurs investissent également d’autres problématiques d’une actualité brûlante dans la région, comme la création et la gestion des unités de conservation, les programmes et projets de développement économique (« durable » ou non), ou encore la délimitation de territoires destinés à des groupes spécifiques (Indiens, quilombolas, populations « traditionnelles »).

L’Amazonie est ainsi devenue un objet d’étude privilégié où convergent des chercheurs de différentes disciplines, qui s’attachent à analyser l’évolution du maillage territorial civil et religieux, la vie dans les fronts pionniers, la formation des villes et des réseaux urbains, ou encore les transformations des structures foncières, aussi bien dans les zones rurales qu’à l’intérieur des villes.

 

Programme

9h15 – Accueil des participants
9h30 – Introduction

Première séance –  Présidente: Véronique Boyer

• 9h45-10h15 : Cédric Yvinec – CNRS, Mondes Américains
« Les évolutions du rapport au territoire chez les Suruí du Rondônia depuis les années 1970 »
• 10h15-10h45 : Pascale de Robert – IRD, Paloc
« De l’Araguaia à l’Ariège. Récits de voyages et de rencontres dans la fabrique du territoire mebêngokre »
• 10h45-11h15 : Émilie Stoll – CNRS, Urmis
« Acteurs et enjeux du recensement de la propriété foncière en Amazonie brésilienne au tournant du XXe siècle »
• 11h15-12h15 : débat
 

Deuxième séance – Présidente : Claudia Damasceno

• 14h15-14h45 : Antoine Acker – Univ. de Turin
« Le « splendide désastre » de Volkswagen : une nouvelle Amazonie dans la mondialisation »
• 14h45-15h15 : Rafael Chambouleyron – Univ. Fédérale du Pará, Professeur invité à l’EHESS
« État du Maranhão, État du Brésil. L’Amazonie dans l’Amérique portugaise »
• 15h15-15h30 : pause café
• 15h30-16h15 : Renata Malcher de Araújo – Univ. de l’Algarve, Professeur invitée à l’EHESS
« L’État du Grão-Pará e Maranhão : l’idée de territoire et de capitale en Amazonie entre les XVIIe et XVIIIe siècles »
• 16h15-17h30 : débat et clôture

Aires culturelles Amérique du Sud, Amériques

Informations pratiques

Date(s)
  • Vendredi 23 mars 2018 - 09:45 - 17:30
Lieu(x)
  • EHESS (Amphithéâtre F. Furet) - 105, boulevard Raspail Paris 6e
À consulter
À télécharger