Master - Territoires, espaces, sociétés

Mention Sciences sociales, territoires et développement

  • Responsable de la formation : Marie-Vic Ozouf-Marignier

 

INSCRIPTIONS

Date limite de dépôt des candidatures :

Le dossier d’inscription pédagogique est téléchargeable sur le site web de l’EHESS à partir du 15 mai 2017

Tout dossier doit être signé par le tuteur avant d’être envoyé au secrétariat.

Les dossiers reçus en mai et juin 2017 seront examinés par le conseil pédagogique du 28 juin 2017.

Les dossiers reçus en juillet et août 2017 seront examinés par le conseil pédagogique du 5 septembre 2017.

Enfin les derniers dossiers reçus après le 5 septembre 2017, seront examinés par le dernier conseil pédagogique du 26 septembre 2017.

 Aucun dossier ne sera examiné après le 26 septembre 2017.

 

 

Présentation et objectifs de la formation

 Le territoire et la ville offrent à l'attention des chercheurs des questions vives, renouvelées par l'actualité. Le développement de nouvelles politiques publiques de la ville et des espaces ruraux dans le cadre de l'aménagement du territoire, l'acuité des questions de gestion de la ville et de l'environnement, les recompositions administratives et territoriales engendrées par l'intégration européenne mettent à l'épreuve les acquis de recherche des sciences sociales et leur offrent la matière d'interrogations renouvelées.

La spécialité Territoires, Espaces, Sociétés  s'appuie sur un acquis intellectuel fondé sur le croisement de l’espace et du temps. Bien illustré à l’EHESS par l’histoire de l’espace et la géographie, ce courant de recherche prend acte de la sensibilité nouvelle des sciences sociales pour l'espace, considéré comme une dimension majeure des objets de recherche : appartenances et identités, production et marchés, migrations et réseaux sociaux, normes et institutions, aménagements et actions sur les territoires, tous ces phénomènes comportent une dimension spatiale que l'on place ici au centre de l'analyse. Dans cette perspective, l'espace n'est pas évoqué de façon purement métaphorique, mais comme le cadre et le résultat de l'action. Il est étudié comme le produit complexe de pouvoirs et de pratiques, d'aménagements et de représentations, et l'on s'attache à analyser les multiples formes d'articulation entre logiques sociales, matérialité de l'espace et savoirs. Ces derniers étant des composants essentiels des processus sociaux, il en résulte la conviction qu'est nécessaire une réflexivité du chercheur prenant en compte l'histoire des disciplines qui se sont données l'espace et le territoire comme objet, et leurs diverses formes de rapport à l'action. La spécialité comporte à cet effet une composante importante d'enseignements portant sur l'historiographie et sur l'épistémologie des sciences sociales.

La spécialité est donc thématique et repose sur une approche pluri-disciplinaire, sur l'ouverture au comparatisme et sur la variation des échelles d'analyse. L'espace est en effet un objet partagé par les différentes sciences sociales, au sein desquelles il a souvent donné lieu à la constitution de branches disciplinaires. La ville, par exemple, a été déclinée en histoire, géographie, sociologie et anthropologie "urbaines", sans oublier la contribution de l'urbanisme et de l'architecture. Par-delà la fécondité que ces différents champs ont pu avoir pour leur discipline respective, il paraît aujourd'hui fructueux d'apporter à cet éclatement ou à cet enfermement de l'objet dans des spécialités le contrepoint d'une lecture croisée qui fasse appel aux questions et aux outils des différentes disciplines concernées. Ouverte aux étudiants issus de diverses disciplines, la spécialité offre donc une formation résolument interdisciplinaire. Elle réunit une équipe d'historiens, de géographes, de sociologues, d'anthropologues et d'architectes. Grâce à la présence de spécialistes de plusieurs aires culturelles (Europe, Asie méridionale et orientale, monde russe, Amérique du Nord, Amérique latine, Maghreb), la spécialité invite à confronter des travaux inscrits dans des temps et des espaces variés et ouvre la voie à des parcours attentifs aux spécificités des configurations spatiales et sociales observables dans diverses régions du monde. Elle offre, enfin, une réflexion sur l'ensemble des niveaux d'organisation spatiale : échelles urbaines variées, du quartier à la métropole, identités rurales, maillages administratifs, formes étatiques, structures transnationales et empires. On souhaite ainsi montrer l'intérêt méthodologique d'analyses fondées sur le jeu de ces échelles.

A l’issue du master TES, les étudiants peuvent poursuivre leurs études dans le cadre de la formation doctorale en sciences sociales Territoires, sociétés, développement  (TSD) de l’EHESS.

Cette formation participe au master européen Erasmus Mundus TEMA  Territoires européens (civilisation, nation, région, ville) : identité et développement  (http://www.mastertema.eu/)