De tous temps, la musique a fait apparaître des structures qui intéressent les mathématiciens. On en présente des exemples à travers les séquences asymétriques utilisées dans les rythmes (imparité rythmique africaine, claves afro-cubaines) et dans les gammes (répartition irrégulière des touches noires du clavier).
Inversement, les mathématiques fournissent des modèles qui permettent de simuler des musiques existantes (automates finis, chaînes de Markov) et qui sont utilisés dans un logiciel d’improvisation pour imiter le jeu d’un musicien réel en créant une sorte de fantôme musical (voir le site http://digitaljazz.fr).

Présentation : Marc Chemillier, Directeur d’études à l’EHESS, Centre d’analyse et de mathématique sociales.

Informations pratiques

Date de réalisation:
Jeudi 20 juillet 2017
Langue(s):
Chercheur(s):
Marc Chemillier