Collection:
EHESS-Translations
Date de parution:
février, 2022
Type de norme: 
ISBN 13
Numéro: 
978-2-7132-2900-8
Numéro du volume:
8

Mort et pleurs rituels

De la lamentation funèbre antique à la plainte de Marie

Ernesto De Martino

L’existence humaine obéit à un équilibre fragile, toujours menacé par une crise sans horizon : la mort d’une personne aimée. La perte irréversible ouvre la voie à l’éloignement du monde, au délire du déni, à une fureur destructrice. D’où vient le besoin de refuser la mort dans sa scandaleuse gratuité, d’offrir le repos au défunt grâce à l’élaboration rituelle du deuil? C’est tout l’enjeu de ce grand classique de l’anthropologie, enfin traduit en français. Ernesto De Martino montre que la lamentation funèbre, adressée aux vivants non moins qu’aux morts, surgit pour transformer la crise du deuil en une discipline culturelle capable de préserver le pathos de l’irruption de la folie.

Il retrace l’histoire de cette lamentation de l’antiquité à l’époque chrétienne en partant de ses enquêtes ethnographiques dans le sud de l’Italie. Observant les pleureuses et recueillant les chants funèbres, il revient aux anciennes civilisations agraires de Méditerranée au sein desquelles la complainte funéraire a connu ses manifestations les plus grandioses, avant son déclin progressif, provoqué par le christianisme triomphant. De Martino retrouve chez les paysannes de Lucanie des gestes analogues à ceux des Égyptiennes pleurant leur pharaon défunt ou à ceux des Grecques anciennes réunies autour des héros morts au combat, mettant en lumière la survivance de l’institution des lamentations dans la longue durée. Comme en témoigne, en écho à Aby Warburg, l’Atlas des pleurs rituels qui complète le livre, c’est avec toute la tradition d’histoire, d’archéologie et d’histoire de l’art du XXe siècle que dialogue cette œuvre anthropologique puissante et originale.

 

Texte établi, traduit de l’italien et annoté sous la direction de Marcello Massenzio

  • Textes traduits par Alfonsina Bellio & Jérôme Nicolas
  • Traduction supervisée par Jérôme Nicolas

Retrouvez dans la même collection et du même auteur : La fin du monde. Essai sur les apocalypses culturelles