Silvia Figueirôa

Site(s): Site du CRAL

Silvia Figueirôa est professeure titulaire (Directrice d’études) à l'Université de Campinas (UNICAMP), Brésil. Elle est diplômée en géologie (Université de São Paulo (USP), (1981) et a obtenu sa maîtrise (1987) et son doctorat (1992) en histoire sociale (spécialité de l’histoire des sciences) de la même université. Ses études postdoctorales ont eu lieu au Centre Alexandre Koyré d’Histoire des Sciences et Techniques (France, 2002). Son expertise est dans l'histoire des sciences / géosciences au Brésil et dans l’enseignement des sciences. Elle enseigne des cours de premier cycle et de troisième cycle et dirige des thèses de maîtrise et de doctorat, ainsi que des chercheurs postdoctoraux. Elle est membre de la Commission Internationale d’Histoire de la Géologie (INHIGEO) depuis 1987, du Comité Français d’Histoire de la Géologie (COFRHIGEO) depuis 1988 et Membre Correspondant de l’Académie Internationale d’Histoire des Sciences (à partir de 2018).

Silvia Figueirôa participe au Programme Professeurs invités de l'EHESS, sur proposition de Claudine Cohen (Centre de Recherches sur les Arts et le Langage - CRAL) en février 2020.

 

 CONFÉRENCES

« Femmes et sciences au Brésil : Formation aux sciences et éducation des femmes »

Dans le cadre du séminaire La domination masculine. Genèse et actualité, coordonné par Claudine Cohen

  • Lundi 3 février 2020, de 14 h à 15 h 30, EHESS (salle 11), 105 Bd Raspail, 75006 Paris.

 

« Femmes et sciences au Brésil »

Dans le cadre du séminaire La domination masculine. Genèse et actualité, coordonné par Claudine Cohen

  • Lundi 3 février 2020, de 15 h 30 à 17h00, EHESS (salle 11), 105 Bd Raspail, 75006 Paris.

 

« Les sciences de la terre au Brésil (18e-20esiècles) »

Dans le cadre d’un événement organisé par l'Institut de Physique du Globe (IPG) et par le Comité Français d'histoire de la géologie (COFRHIGEO).

  • Mercredi 12 février 2020, 14h à 15h30, IPG (amphithéâtre), 1 rue Jussieu, 75005 Paris.

Le processus qui a conduit à l’enracinement des sciences de la Terre au Brésil est fort attaché à deux branches : d’un côté plutôt appliqué se trouvent les travaux d’exploitation des mines ; du côté plutôt philosophique, les activités d’histoire naturelle ont joué un rôle non négligeable. Les géosciences ont constitué l’un des piliers de l’institutionnalisation scientifique brésilienne depuis la fin du 18e siècle, dans un mouvement qui a établi des échanges avec la France, les pays germaniques et les États-Unis.