Vanessa Caru

Chargée de recherche CNRS, Co-directrice du Centre d'Études de l'Inde et de l'Asie du Sud - CEIAS
Site(s): CEIAS

Ancienne élève de l’ENS-Lyon et professeure agrégée d’histoire, Vanessa Caru a soutenu en décembre 2010 une thèse portant sur « Le logement des travailleurs et la question sociale, Bombay (1850-1950) ». Réfutant une approche longtemps prédominante dans le domaine de l’histoire urbaine des mondes coloniaux, selon laquelle l’urbanisme colonial est un processus imposé par le haut, par un pouvoir présenté comme un bloc homogène, elle a montré dans ce travail combien le gouvernement colonial est perméable à l’agitation sociale, qu’il tente de juguler en construisant des immeubles pour loger la main d’œuvre industrielle. L’intervention des autorités dans ce domaine a favorisé l’émergence de nouvelles revendications et de nouveaux modes d’organisation, avec la création de syndicats de locataires des classes populaires. L’étude de ces mobilisations, et notamment le rôle qu’y jouent les syndicats, les partis ouvriers et les mouvements « intouchables » vise à compléter l’analyse des formes et des processus de la politisation des travailleurs, qui s’était jusqu’à présent limitée à la sphère du travail.

 

Ses recherches actuelles portent sur le rôle accordé à la technique dans le gouvernement des sociétés urbaines de l’Inde contemporaine, réflexion qu’elle entend mener à partir de l’étude d’un groupe professionnel, les ingénieurs des travaux publics à l’époque coloniale.

 

Elle coordonne le projet ENGIND ("Ingénieurs et société en Inde coloniale et post-coloniale") financé par le programme blanc de l'ANR : http://engind.hypotheses.org/

 

Médias

Lire Le capital de Thomas Piketty » : c’est le titre du dossier que les Annales publient dans le n o 1-2015, en écho au formidable succès rencontré dans le monde entier par le livre de l’économiste français. À l’occasion de sa parution, la revue...