Vasile Popovici

Vasile Popovici est Professeur des universités habilité, docteur ès lettres à la Faculté de Lettres de l’Université de l’Ouest de Timisoara en Roumanie, où il enseigne depuis 1992. De 1998 à 2016 il a été consul général de Roumanie à Marseille, conseiller à l'Ambassade de Roumanie à Paris, ambassadeur de Roumanie à Rabat, ambassadeur de Roumanie à Lisbonne. De 1989 à 1992 il a été Chercheur à l’Académie roumaine. Il est l’auteur de plusieurs livres et articles sur la littérature française et roumaine.

Vasile Popovici participe au Programme Professeurs invités de l'EHESS, sur proposition de Jean-Marie Schaeffer (Centre de Recherches sur les Arts et le Langage - CRAL) en octobre et novembre 2019. 

 

 « Charlus : les métamorphoses d’un personnage proustien »

Nous partirons de l’analyse d’un passage très bref du Temps retrouvé, qui rassemble en seulement quelques lignes les visages de Charlus, personnage emblématique entre tous. D’un volume à l’autre, Charlus, comme tous les autres personnages de la Recherche d’ailleurs, change en profondeur. Dans ce bref passage, l’interprétation permet de déceler l’articulation intérieure du personnage proustien.

Dans le cadre du Séminaire de Jean-Marie Schaeffer « Esthétiques de la lecture littéraire »

  • Jeudi 17 octobre 2019, de 18h-20h, EHESS (Salle 7) - 105 bd Raspail, 75006 Paris

 

« Réalisme et narration in medias res »

L’analyse de l’incipit du Cahier gris de Roger Martin du Gard permet, à travers une herméneutique poussée, une prise de conscience sur les exigences de la narration in medias res, de l’écriture réaliste en général, trompeuse de par sa fausse limpidité.

Dans le cadre d’une Conférence publique

  •  Mercredi 23 octobre 2019, de 18-20h, EHESS (Salle 7), 105, bd. Raspail, 75006 Paris

 

« L’incipit comme homoiomérie » 

La première page de Chéri de Colette concentre, à partir d’une représentation métaphorique, l’histoire du roman du début à sa fin. Elle entonne le thème fondamental du livre, comme dans une mise en abyme plus développée. Nous parlerons à ce propos plutôt d’une homoiomérie, car l’incipit agrège, comme dans la vision d’Anaxagore, toutes les qualités de l’ensemble dont ce fragment fait partie.

 Dans le cadre du séminaire de Jean-Marie Schaeffer « Esthétiques de la lecture littéraire »

  •  Jeudi 31 octobre 2019, de 18-20h, EHESS (Salle 13) - 105, bd Raspail, 75006 Paris

 

« L’enfant poète : étude d’une figure rimbaldienne »

La séance sera centrée sur une analyse du poème « Les poètes de sept ans ». A partir de ce poème étonnant entre tous, que Rimbaud écrit avant l’âge de 17 ans, analyse pénétrante et surtout précise de son âme multiple, d’enfant obéissant (l’enfant-pour-sa-mère, diurne et d’une innocence jouée), d’être stercoraire (être-de-désir, nocturne et secret) et de visionnaire (le moi qui se projette dans des visions exotiques et lance déjà ses départs), on abordera la question de la création poétique « juvénile » et celle des « Juvenelia » conçue comme catégorie critique.

Dans le cadre du Séminaire collectif: « Les arts et les âges de la vie » 

  • Jeudi 7 novembre 2019, de 18-20h, EHESS (Salle 13) -105, bd Raspail, 75006 Paris