La rentrée des sciences humaines

A l'occasion de la rentrée Sciences Humaines du collectif Librest, venez écouter, échanger et débattre avec Grégoire Kauffmann, Clarisse Berthezène, Jean-Christian Vinel, Francis Dupuis-Déri, Hovig Ter Minassian et Fanny Taillandier.

Rencontres

Grégoire Kauffmann autour de son livre Le nouveau FN. Les vieux habits du populisme, Seuil/République des idées, 2016

La transformation du Front national ne se réduit pas à une saga familiale, ni à une stratégie de "dédiabolisation". Pour comprendre ce mouvement qui se revendique comme le "premier parti de France", il est essentiel de démêler les traditions idéologiques qui fondent aujourd’hui son identité. Marine Le Pen tente de concilier autour d’un plus petit dénominateur commun les tendances concurrentes de l’extrême droite française.

Grégoire Kauffmann est docteur en histoire, éditeur et enseignant à Sciences Po Paris, et a publié la biographie Édouard Drumont (Perrin, 2008, prix du Sénat du livre d’histoire).

Clarisse Berthezène et Jean-Christian Vinel autour de l'ouvrage qu'ils dirigent Conservatismes en mouvement. Une approche transnationale au XXe siècle, Éditions de l'EHESS, 2016

Fruit d’une collaboration entre historiens français, britanniques et américains, cet ouvrage établit des parallèles entre les histoires des mouvements conservateurs, et permet de jeter un regard nouveau sur les origines de la « révolution conservatrice » des années 1980. Aujourd’hui en Grande-Bretagne et aux États-Unis, les conservateurs font l’objet d’analyses sans cesse renouvelées au carrefour de l’histoire des idées, de l’histoire culturelle et des sciences sociales; en France, a contrario, le conservatisme est peu étudié.

En dépit des approches transnationales qui donnent de nouvelles manières de comprendre l’évolution des sociétés, et malgré le renouveau de l’histoire politique en France, un certain silence continue de caractériser le rapport des historiens au conservatisme,dont l’histoire serait pourtant essentielle à la compréhension du XXe siècle. Protéiforme et historiquement situé, le conservatisme du XXe siècle se décline au pluriel. Par l’analyse fine qu’il propose des rapports entre néolibéralisme, réaction, populisme et conservatisme, ce livre ambitionne d’éclairer tant les présupposés idéologiques que les réalisations concrètes qui caractérisent cette « révolution conservatrice ».

Clarisse Berthezène et Jean-Christian Vinel sont maîtres de conférences l'Université Paris VII-Denis Diderot. Elle est spécialiste d'histoire politique et intellectuelle de la Grande-Bretagne. Il est spécialiste de l’histoire politique et sociale du travail aux États-Unis.

Francis Dupuis-Déri autour de son livre La peur du peuple. Agoraphobie et agoraphilie politiques, Lux, 2016

Altermondialistes, Indignés, Nuit debout... Alors que ces mouvements populaires sont présentés par certains comme un l’idéal de la démocratie directe, d’autres n’y voient que des mobilisations sympathiques mais insignifiantes. Voici une réflexion inspirée et critique présentant de manière dynamique la lutte entre l’agoraphobie et l’agoraphilie politiques, soit la haine et l’amour de la démocratie directe, dévoilant les arguments et les manœuvres des deux camps.

Francis Dupuis-Déri est professeur de science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), spécialiste des idées politiques et des mouvements sociaux.

Hovig Ter Minassian autour de l'ouvrage collectif Gentrifications, Éditions Amsterdam, 2016 

Hipsters, bobos, gentrifieurs… Les termes ne manquent pas pour qualifier les nouvelles populations qui s’approprient les quartiers centraux anciens au détriment des habitants populaires. Cette profusion empêche de comprendre le phénomène : comment dépasser les oppositions entre gentrifieurs et gentrifiés ? À travers l’exploration des acteurs de la gentrification dans une dizaine de villes européennes, cet ouvrage se propose donc de définir son "ADN".

Hovig Ter Minassian est maître de conférences en géographie à l'université François-Rabelais de Tours et membre du Laboratoire CITERES - équipe CoST.

Fanny Taillandier autour de son livre Les états et empires du Lotissement Grand siècle. Archéologie d'une utopie, PUF, 2016

Le lotissement a été le grand rêve urbanistique de la seconde moitié du XXe siècle. Le rêve d’une maison à soi,  fondée sur l’égalité et la propriété. Il n’en a rien été. Aujourd’hui, le lotissement pavillonnaire est devenu le repoussoir absolu. En retraçant l’histoire presque quotidienne d’un lotissement disparu, voici un portrait mi-grinçant, mi-ému d’une utopie et du douloureux réveil qui a suivi son effondrement.

Fanny Taillandier travaille sur des formes hybrides entre roman et documentaires. Ses textes associent codes littéraires classiques (confessions, enquêtes) et des objets contemporains tels que la banlieue, les politiques méditerranéennes ou l’idéologie néolibérale.

S'inscrire à l'événement

En savoir plus

Informations pratiques

Chercheur(s):
Date(s)
  • Jeudi 27 octobre 2016 - 19:30 - 23:30
Lieu(x)
  • EHESS (Amphithéâtre Furet) - 105, boulevard Raspail 75006 Paris
Contact(s)
  • milene.veyrier@ehess.fr