Cycle « Penser le monde, réfléchir l’écriture » en partenariat avec la Maison de la poésie et le Labex TEPSIS.

Les Rendez-vous littéraires de l'EHESS sont des conférences organisées par l'EHESS en partenariat avec la Maison de la poésie et le laboratoire d’excellence TEPSIS. Les Conférences se déroulent à la Maison de la Poésie, à Paris.

Elles sont animées par Gisèle Sapiro, directrice d’études à l’EHESS (Centre européen de sociologie et de science politique), directrice de recherche au CNRS, membre de l’Academia Europeae. Spécialiste de sociologie des intellectuels, de la littérature et de la traduction, Gisèle Sapiro est l’auteure de La Guerre des écrivains, 1940-1953 (Fayard, 1999, rééd. 2006 ; traduit en anglais chez Duke UP, 2014), La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France XIXe-XXIe siècle (Seuil 2011) et La Sociologie de la littérature (La Découverte, 2014 ; traduit en espagnol chez Fondo de Cultura Economica, 2016 ; à paraître en japonais).a publié entre autres La Guerre des écrivains, 1940-1953 (Fayard, 1999, rééd. 2006), La Responsabilité de l’écrivain (Seuil, 2011) et Sociologie de la littérature (La Découverte, 2012).

 

1/ La responsabilité de l’écrivain aujourd’hui. Erri de Luca - 12 janvier 2015

Rencontre avec Erri de Luca, autour de son livre La Parole contraire (Gallimard, 2014). La rencontre était organisée avec le concours des Éditions Gallimard et parrainée par La Nouvelle Quinzaine littéraire et la librairie Tschann.

Erri De Luca soutient depuis des années le combat des habitants de la vallée de Suse dans le Piémont, regroupés dans l'association NO-TAV, pour empêcher la construction de la ligne TGV Lyon-Turin. Au coeur du débat : la préservation de la vallée et le risque que des particules d'amiante soient diffusées suite au percement des tunnels. Cet engagement du côté de NO-TAV mène aujourd'hui l'écrivain italien devant les tribunaux : suite à deux interviews parues dans la presse internationale pendant l’été, Erri De Luca se retrouve sur le banc des accusés pour incitation au sabotage. Son procès s’ouvrira à Turin le 28 janvier 2015. La plainte contre lui a été déposée par la société française en charge des travaux. Erri De Luca risque entre un et cinq ans de prison. La publication de ce pamphlet à la veille du procès par tous ses éditeurs européens intervient donc dans un contexte très particulier. Revenant sur l’histoire de son engagement et sur ses motivations, Erri de Luca y développe, par-delà l'enjeu écologique, une réflexion sur la liberté d'expression. Contre la conception pénale de la responsabilité, il élabore sa propre vision de la responsabilité morale et sociale de l’écrivain : « Son domaine est la parole, il a donc le devoir deprotéger le droit de tous à exprimer leur propre voix ». Revendiquant avec force le droit à « la parole contraire », il réclame aussi le droit d’utiliser les mots dans un sens qui n’est pas celui que leur assigne la justice. Comme ce verbe « saboter », pour lequel il est poursuivi. « J’accepte volontiers une condamnation pénale, mais pas une réduction de vocabulaire. »

Erri De Luca est né à Naples en 1950 et vit à la campagne près de Rome. Aux Éditions Gallimard ont paru notamment Montedidio (2002, prix Femina étranger) ou plus récemment Le poids du papillon (2011) et Le tort du soldat (2014). Auteur d’une œuvre abondante, il est l’un des écrivains italiens les plus lus dans le monde.

Vidéo de la Rencontre

 

2/ Littérature et réflexivité. Camille Laurens - 4 mai 2015

La littérature pense et se pense, elle observe et s’observe. Cette réflexivité, que la littérature partage avec les sciences sociales, traverse toute l’œuvre de Camille Laurens : étude de la condition féminine et de la relation amoureuse dans la tradition des moralistes, rapports entre fiction et réalité, récit de soi, dialogue entre le moi et le surmoi, renversement des situations entre observateur et observé(e), méditations sur la répétition dans l’art et dans la vie, écriture comme travail de deuil. Alors qu’elle achève un nouveau roman et prépare une adaptation cinématographique de Dans ces bras-là, retour réflexif sur une œuvre prolifique, qui sonde les passions et interroge ce qu’écrire veut dire. 

Camille Laurens est l’auteure de nombreux ouvrages. La plupart sont publiés ou réédités chez Gallimard : Index (1991), Romance (1992), Les Travaux d'Hercule (1994), Philippe (1995), L'Avenir (1998), Dans ces bras-là (2000, prix Femina), L’Amour roman (2003), Le Grain des mots (2003), Cet absent-là (2004), Ni toi ni moi (2006), Tissé par mille (2008), Romance nerveuse (2010), Les Fiancées du diable (2011), Encore et jamais (2012)… 

Vidéo de la Rencontre

 

3/ La violence des dominés. Alain Mabanckou - 14 mars 2016

Epouser le point de vue des dominés, des damnés de la terre, en faire jaillir la violence rentrée, grondante, explosive, tout en les regardant se heurter à leurs propres limites et à leur désillusions, l’œuvre d’Alain Mabanckou donne voix aux sans voix, nous donne à voir le monde par leurs yeux, non sans humour. Des orphelins comme le Grégoire Nakobomayo d’African Psycho qui rêve de devenir serial killer, ou comme Petit-Piment, le protagoniste de son dernier roman, tourmenté par le désir de revanche, des boit-sans-soif comme le narrateur de Verre Cassé, un porc-épic meurtrier, ces voix posent la question des conditions d’accès à la parole. Elles bousculent la syntaxe et la ponctuation, innervent le récit de la tradition orale du conte africain, de la fable, de la magie, le menant à des rebondissements inattendus, qui invitent, tout comme les références à la littérature moderne dont il est saturé, à la réflexivité.

Alain Mabanckou est l’auteur de nombreux ouvrages, traduits dans une douzaine de langues, dont African Psycho (Serpent à plumes, 2003), Verre Cassé (Seuil, 2005), Mémoires d’un porc-épic (Seuil, 2006 ; prix Renaudot), Lettre à Jimmy (Fayard, 2007), Petit Piment (Seuil, 2015). Professeur de littérature francophone à UCLA, Alain Mabanckou était en 2016 invité au Collège de France sur la chaire de création artistique.

 

4/ Enquêter sur le monde social. Gila Lustiger - 3 décembre 2016

Comment enquêter sur le pouvoir ? Comment connaître les tractations secrètes et les machinations que les puissants sont en mesure de dissimuler ? De quelles ressources et quels ressorts disposent les professionnels de l’information ? Après avoir exploré le passé nazi de l’Allemagne, l’histoire familiale, les relations de couple, les rapports intergénérationnels, l’écrivaine allemande Gila Lustiger sonde la société française contemporaine dans son dernier roman, Les Insatiables (Actes Sud, 2016).

Gila Lustiger, auteure de langue allemande, vit en France. Elle a notamment publié Nous sommes (Stock, 2005, sélectionné pour le prix Médicis étranger), Un bonheur insoupçonnable (Stock, 2008) et Cette nuit-là (Stock, 2013). 

 

Maison de la poésie - Passage Molière - 157, rue Saint-Martin 75003 Paris 

Inscription obligatoire : 01 44 54 53 00 (mardi, samedi de 15h à 18h) - maisondelapoesieparis.com