ResisTIC–Les résistants du net. Critique et évasion face à la coercition numérique en Russie

La Russie constitue un espace de tension entre les libertés numériques globalisées et les politiques d’encadrement national d’Internet officiellement justifiées par des motifs de sécurité sur les réseaux numériques. Le projet a pour objet d’analyser les résistances et les adaptations des acteurs du web russes aux nouvelles régulations nationales imposées depuis le début des années 2010. Il est organisé autour de trois axes, consacrés aux arts du contournement des professionnels du web (hackers, fournisseurs d’accès, ingénieurs, experts…), à l’appropriation des outils de contournements par les  professionnels de l’espace public (journalistes, éditeurs, entrepreneurs urbains) et, enfin, aux stratégies d’échappement par l’exil des acteurs du web quittant le pays pour développer des pratiques numériques depuis l’étranger et jouer le rôle de passeurs dans la circulation des savoir-faire digitaux internationaux. Le projet réunit une équipe pluridisciplinaire, alliant compétences dans l’étude des résistances et des mobilisations sociales, innovation dans le domaine de la sociologie des sciences et des techniques numériques et parfaite connaissance du terrain russe.

Russia is a zone of tension between globalized digital freedoms and national internet management policies officially justified on grounds of network security. The project sets out to analyze how Russian web operators resist and adapt to the new national regulations that have been imposed in the 2010s. It comprises three major tasks :

1 - the resistance and arts of circumvention set up by web professionals (hackers, Internet service providers, engineers, experts, etc.) against new legal and technical internet regulations in Russia ;

2 - the way “public sphere professionals” (journalists, publishers, web entrepreneurs) appropriate, use and promote circumvention tools ; 

3 - exile as a strategy for escaping new online coercion. It addresses the strategies of web and public sphere professionals (hackers, journalists, publishers) who opt to leave their country in order to develop digital practices and their roles as agents in circulating international digital knowhow. The project involves a multidisciplinary team, combining skills in the study of social resistance and mobilization, innovative approaches in the sociology of science and technology, and excellent field knowledge of Russia.

Equipe

EHESS - Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC)

Partenaires

  • CERCEC (EHESS-CNRS)
  • Institut des sciences de la communication
  • Eur’Orbem
  • ILCEA 4
  • Télécom ParisTech

Membres du projet 

  • Olga Bronnikova (MCF, ILCEA 4)
  • Françoise Daucé (DE, EHESS)
  • Fabrice Demarthon (IE, CERCEC)
  • Diminescu, Dana (MCF, Telecom Paris Tech)
  • Ksenia Ermoshina (Post-doctorante, ISCC)
  • Alexander Kondratov (Post-doctorant, Bruxelles)
  • Kossov, Valery (MCF, ILCEA4)
  • Benjamin Loveluck (MCF, Telecom Paris Tech)
  • Francesca Musiani (CR, ISCC)
  • Ostromooukhova, Bella (MCF, U. Paris-Sorbonne)
  • Anna Zaytseva (MCF, U. Toulouse)

Mot clés

Internet ; pratiques numériques ; critique ; mobilisations ; coercition ; contournement

Aires culturelles

Russie

 

 

Informations pratiques

Lieu(x) : Paris
À consulter
Acronyme:
ResisTIC
Financeur:
ANR
Début et durée:
1er janvier 2018 - 42 mois
Budget:
410 000 euros