Les formes élémentaires de la pauvreté Existe-t-il une spécificité japonaise?

La pauvreté est une question qui dérange car elle est toujours l’expression d’une inégalité, sinon inacceptable, du moins peu tolérable dans une société globalement riche et démocratique. Les pauvres ne peuvent y avoir qu’un statut dévalorisé puisqu’ils représentent le destin auquel les sociétés modernes ont cru pouvoir échapper. Cependant, les formes de la pauvreté varient d'une société à l'autre. A l'occasion de la traduction en japonais de son livre "les formes élémentaires de la pauvreté", Serge Paugam présentera les principaux résultats des comparaisons internationales qu'il a réalisées et tentera de faire ressortir la spécificité japonaise.   

Serge Paugam est directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EHESS. Plusieurs de ses ouvrages sont devenus des classiques et ont éclairé le débat social et politique en France et à l’étranger : La disqualification sociale (1991), Le Salarié de la précarité (2000), Les formes élémentaires de la pauvreté (2005), Le lien social (2008). Il a créé et dirige la collection « Le lien social » ainsi que la revue académique Sociologie aux PUF. Il est responsable de l’Equipe de Recherche sur les Inégalités Sociales (ERIS) du Centre Maurice Halbwachs. Dans son programme de recherche actuel, il étudie les fondements des liens sociaux et distingue différents régimes d’attachement social à l’œuvre dans les sociétés contemporaines.

Informations pratiques

Chercheur(s):
Serge Paugam
Date(s)
  • Samedi 22 octobre 2016 - 18:00 - 19:30
Lieu(x)
  • Maison franco-japonaise de Tokyo 3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo 150-0013 Japon
Contact(s)
  • serge.paugam@ehess.fr