Soutenance de thèse

La « sprezzatura » : enjeux et concepts

Résumé

Dans le "Livre du Courtisan" (Venise, 1528), Baldassare Castiglione (1478-1529) évoque « une certaine "sprezzatura", qui cache l'art et qui montre que ce que l'on a fait et dit est venu sans peine et presque sans y penser », d'où « dérive surtout la grâce », tant « chacun sait la difficulté des choses rares et bien faites, si bien que la facilité en elles engendre une grande admiration » (I, XXVI, trad. Pons). Nous en proposons d'abord une analyse conceptuelle en contexte, qui nous mène à en élaborer les termes structurants : grâce et beauté, nature et travail. Puis, par un examen généalogique, nous entreprenons une traduction de la grâce théologico-anthropologique (augustinienne) en termes esthétiques, témoignant d'une profonde cohérence du système de la "sprezzatura" ; nous confrontons alors Castiglione au « naturel » antique (Horace, Cicéron, Pline l'Ancien) et à la formation de la Doctrine Classique (Boileau, Rapin, Bouhours, Gracián). Dans une enquête ensuite contextuelle, nous exposons le système de la Cour, découvrons un certain nombre de penseurs contemporains de la Beauté et de la Grâce (Ficin, Alberti, Bembo, Diacceto, Varchi, Firenzuola, Della Casa, Romei, Sardi, Accetto) et confrontons enfin la "sprezzatura" à l'univers de la "Maniera" (spécialement chez Bronzino et Giambologna). Nous concluons par quelques éléments de discussion de la "Distinction" telle que l'a conceptualisée Bourdieu. La "sprezzatura" n'est pas une simple pensée classique de l'"ars est celare artem", et ne réduit pas plus la grâce au simple lustre de la beauté ; elle constitue au contraire une dramatique de l'imminence, et fait reposer son effet sur des usages esthétiques de l'imagination qui capitalisent sur l'imaginaire chrétien de la grâce. Dès lors, la "mediocritas" que revendique Castiglione n'est pas réductible à ce qu'en laisserait penser l'amalgame avec Della Casa et Accetto : elle est un juste milieu et un point d'équilibre entre le simplement naturel et le ridicule affecté (propre à une certaine tentation du sublime). Véritablement, la "sprezzatura" « s'avance à la frontière de la générosité » (Baltasar Gracián, "El Héroe", XIII, trad. Pelegrín). Diverses Annexes sont jointes, en particulier : une enquête sur les racines du concept d'« Ange » chez Ficin et Diacceto ; une revue de différentes cours de la Renaissance italienne et de leurs valeurs tant esthétiques que culturelles.

Jury

  • M. Yves Hersant (Directeur de thèse), EHESS
  • M. Emmanuel Bury, Sorbonne Université
  • M. Pierre Caye, CNRS
  • M. Carlo Ossola, Collège de France
  • Mme Marina Seretti, Université de Bordeaux-Montaigne

Informations pratiques

Date(s)
  • Samedi 26 janvier 2019 - 09:30
Lieu(x)
  • EHESS (salles 7 et 8), 105 boulevard 75006 Paris