Soutenance de thèse

Addressing Inequalities in Education : need-Based Grants, Gender Differences and School Choice

De Jose Montalban Castilla - Paris-Jourdan sciences économiques - PSE

Résumé

Cette thèse rassemble des recherches sur trois sources d’inégalités éducatives en Espagne, à différents niveaux d’éducation (préscolaire, primaire, secondaire et supérieur). Ces recherches tentent d’évaluer l’impact causal de politiques de grande ampleur sur l'efficacité et l'équité des systèmes éducatifs.   Le premier chapitre porte sur les effets de l'aide financière aux étudiants défavorisés, dans le contexte de l'enseignement supérieur. Les programmes nationaux d’aide financière (bourses) aux étudiants défavorisés couvrent une grande partie des étudiants et représentent une part non négligeable des budgets alloués à l’enseignement supérieur. En s’intéressant à une réforme du système de bourses en Espagne qui modifie les exigences académiques nécessaires pour bénéficier des aides, on tente d’identifier l’effet de ces exigences académiques, à niveau de bourse donné, sur les performances des étudiants, leur propension à abandonner ou réussir leurs études. Pour cela, on utilise des micro-données administratives sur l'univers des candidats aux bourses dans une grande université. En exploitant les discontinuités dans la formule d’éligibilité, on trouve des effets positifs marqués de l’association d’exigences académiques élevées aux bourses, sans aucun effet négatif sur le décrochage. Les étudiants sont plus fréquemment présents aux examens de fin d’année, leur moyenne générale comme leur taux de réussite y sont plus élevés, et ils ont moins souvent besoin de passer des rattrapages.    Le deuxième chapitre s’intéresse à l’impact des conditions d’examen, dans le primaire et le secondaire, sur les performances académiques selon le genre. Les conditions d’examen académique elles-mêmes ont néanmoins fait l’objet de peu d’attention dans cette littérature. Ce chapitre s’intéresse précisément aux différences de performance entre garçons et filles qui apparaissent lorsque l’environnement de l’examen est modifié. Pour cela, ce chapitre analyse une intervention aléatoire concernant l’ensemble des élèves de 6e et 10e années dans la région de Madrid (Espagne). Les écoles de la région ont été assignées de façon aléatoire dans deux groupes devant administrer leurs examens de façon différente: en interne, où les élèves étaient évalués par des enseignants de l’école vs. en externe, où des enseignants extérieurs venaient effectuer les tests. Lorsque l’examinateur est externe, les filles performent moins bien que les garçons, notamment dans les matières où elles performent généralement moins bien à la base. Les données d’une enquête additionnelle sur le stress, la confiance en soi et le degré d’effort indiquent que ces performances relatives découlent d’une moins bonne gestion du stress provoqué par un environnement non familier.   Le troisième chapitre étudie la relation entre choix de l’école et ségrégation scolaire, dans le contexte de l'éducation préscolaire. Ce chapitre vise à élargir cette littérature en étudiant comment la régulation publique affecte les décisions des familles et la ségrégation des enfants entre les écoles, dans le cadre du Mécanisme de Boston. Ce chapitre analyse deux réformes à grande échelle, entreprises dans la région de Madrid (Espagne). En particulier, on exploite ici une réforme interdistricts qui a largement élargi l’univers des choix possibles pour les familles. Son impact est mesuré en combinant une event study first difference entre cohortes avec une différence de différences. Grâce à des données uniques sur les candidatures des familles auprès des différentes écoles, ce chapitre montre que les familles ont candidaté à des écoles plus éloignées de leur domicile. La reforme produit des effets différenciés, avec les parents les plus éduqués et n’étant pas immigrés réagissant le plus fortement (en termes absolus). Les résultats indiquent un déclin de la ségrégation par niveau d’éducation des parents mais une croissance de cette ségrégation entre enfant de parents immigrés et non-immigrés.

Jury

  • M. Julien Grenet (Directeur de thèse), CNRS
  • Mme Ghazala Asmat, IEP de Paris
  • Mme Caterina Calsamiglia, IPEG
  • Mme Gabrielle Fack, Université Paris Dauphine
  • M. Marc Gurgand, CNRS
  • M. Olmo Silva, TheLondon School of Economics

Informations pratiques

Date(s)
  • Mercredi 20 novembre 2019 - 14:00
Lieu(x)
  • Ecole d'Économie de Paris (Paris School of Economics), salle R1-14, 48 boulevard Jourdan 75014 Paris