Soutenance de thèse

Cultural Heritage Protection in Ethiopia : A Historical Trajectory of Institutions and Legal Frameworks

Résumé

Cette thèse de doctorat étudie la trajectoire historique des politiques et des institutions du patrimoine culturel en Ethiopie avec un accent particulier sur le XXe siècle. S'appuyant principalement sur des documents d'archives et des textes législatifs que j'ai rassemblés dans des archives en Éthiopie et en France, cette étude montre comment l'institutionnalisation de la protection du patrimoine culturel en Éthiopie a intégré divers modèles culturels, politiques et économique au fil des siècles. Les politiques patrimoniales mises en œuvre sous les trois derniers régimes politiques - le gouvernement impérial, le gouvernement socialiste et le gouvernement fédéral - reflètent la structure sociopolitique de base et les hypothèses idéologiques des régimes respectifs.  Contrairement à ce qui s'est passé dans certains pays européens, où l'État a confisqué le patrimoine culturel et assumé la responsabilité de sa gestion, la prise en charge de la protection du patrimoine culturel en Éthiopie est largement restée hors du cadre des institutions d'Etat, tant dans le domaine ecclésiastique que laïque. Outre l'évolution historique des cadres juridiques et institutionnels du patrimoine culturel en Ethiopie, la thèse examine également la signification étymologique du patrimoine dans certaines langues éthiopiennes et explore les diverses manifestations de la perception et de la pratique du patrimoine dans le pays. La thèse soutient que l'ambition, la rhétorique et la pratique de la modernisation depuis le début du XXe siècle ont eu un impact plus profond sur la conception du patrimoine culturel et sur l'institutionnalisation de sa protection. En restituant les notions relatives au patrimoine dans une longue durée spécifique à l'Ethiopie, la thèse souhaite contribuer à ce que les politiques engagées pour la protection du patrimoine culturel ne dépendent pas seulement de modèles exogène de développement et de gestion, mais puissent respecter intégrer les conceptions et pratiques locales qui font elles-mêmes partie du patrimoine national.

Jury

  • M. Christian Jacob (Directeur de thèse), EHESS
  • M. Eloi Ficquet (Co-Directeur), EHESS
  • M. Stephane Ancel, CNRS
  • M. Shiferaw Bekele, Université Addis-Abeba (Éthiopie)
  • M. Jean-François Faü, Université Senghor d’Alexandrie (Egypte)
  • M. Ahmed Hassen Omer, Université Addis-Abeba (Éthiopie)

Informations pratiques

Date(s)
  • Jeudi 16 mai 2019 - 10:30
Lieu(x)
  • BULAC (Bibliothèque universitaire des langues et civilisations), 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris