Soutenance de thèse

Essays on the Political Economy of Development of the Middle East

Résumé 

Cette thèse étudie deux dimensions de l'économie politique du développement du Moyen-Orient, en utilisant une perspective historique et contemporaine. Les deux premiers chapitres analysent les inégalités de patrimoine et de revenu au Liban entre 2005 et 2014 et au niveau régional entre 1990 et 2016. Le troisième chapitre se penche sur le processus de construction nationale et étudie le rôle du leader comme vecteur de propagande nationaliste dans le contexte historique turc.    Dans le  premier chapitre, je combine de manière systématique des données d'enquête, les comptes nationaux et les seules données fiscales disponibles au Moyen-Orient pour estimer pour la première fois la répartition du revenu national dans un pays arabe: le Liban. Entre 2005 et 2014, la répartition des revenus estimée est très inégalitaire: les 1 et 10% les plus riches du pays reçoivent respectivement 25 et 55% du revenu national total, faisant du Liban l'un des pays les plus inégalitaires au monde. Ces niveaux extrêmes d'inégalités confirment une large littérature, principalement en sciences politiques, décrivant les différents mécanismes par lesquels l'économie politique du pays dans son ensemble et en particulier le mode de gouvernance confessionnel ont permis à la classe politique de se maintenir au pouvoir et d'extraire des rentes colossales aux dépens de la majorité des citoyens depuis des décennies.   Le deuxième chapitre combine de manière systématique des données d'enquête, les comptes nationaux, des données fiscales et des données sur les patrimoines provenant des recensements de la richesse des milliardaires dans 15 pays du Moyen-Orient afin d'estimer la répartition des revenus dans la région entre 1990 et 2016. Le Moyen-Orient apparaît comme la région la plus inégalitaire au monde, avec les 10% des individus les plus riches qui reçoivent près de 64% de l'ensemble du revenu national, alors qu'ils reçoivent 37% de ces revenus en Europe de l'Ouest, 47% aux Etats-Unis, et 55% au Brésil. Ce niveau extrême d'inégalités s'explique à la fois par un niveau  élevé d'inégalités entre pays  (en particulier entre pays richement dotés en pétrole et pays densément peuplés mais sans resources pétrolières) et par d'importantes inégalités au sein de chaque pays, probablement encore largement sous-estimées du fait du manque de données fiscales.   Le troisième chapitre analyse le rôle que peut avoir un leader dans la construction d'une identité nationale. J'étudie les activités et l'héritage de Mustafa Kemal "Atatürk", le fondateur de la Turquie moderne grâce à une nouvelle base de données historique contenant des informations sur les lieux et dates des visites officielles d'Atatürk dans plus d'un quart des villes turques entre 1923 et 1938. En utilisant la variation géographique et temporelle de ces visites, je trouve que les visites d'Atatürk ont augmenté de 10% de l'usage des prénoms en "Pur turc", le nouveau language crée par l'état afin d'homogénéiser sa population. Cette mesure permet de mesurer indirectement l'arrivée locale de la nouvelle identité nationale promue par le gouvernement kémaliste.  Ces résultats s'expliquent par deux mécanismes. Tout d'abord, les visites ont permis la création d'institutions locales, puisqu'elles prédisent l'ouverture de branches du parti d'Atatürk dix ans après ses visites. Deuxièmement, l'effet est plus fort dans les districts qui avaient plus d'associations nationalistes pendant l'ère Ottomane, un plus haut taux d'alphabétisation, et où Atatürk a rencontré les élites locales, ce qui suggère que sa capacité à coopter et coordonner les élites locales a joué un rôle primordial. Ces résultats apportent de nouvelles évidences sur les mécanismes par lesquels un individu peut contribuer à la légitimation d'un nouvel ordre national.

Jury

  • M. Thomas Piketty (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Ekaterina Zhuravskaya (Co-Directrice), EHESS
  • M. Daron Acemoglu, Massachusetts Institute of Technology (MIT)
  • M. Mohamed Saleh, Toulouse School of Economics (TSE)
  • M. Noam Yuchtman, TheLondon School of Economics (LSE)

Informations pratiques

Date(s)
  • Lundi 20 juin 2022 - 16:30
Lieu(x)
  • Les personnes qui souhaitent assister à la soutenance par visioconférence sont invitées à se rapprocher du candidat.