Essere schiavi. Il dibattito abolizionista e le persistenze della schiavitu negli stati italiani preunitari (1750-1850).

De Giulia Bonazza - Mondes américains

 

Résumé

Les campagnes abolitionnistes anglo-saxonnes et françaises sont les plus connues dans l'historiographie, mais les étapes juridiques qui ont abouti, dans l'espace d'un siècle, à l'abolition de l'esclavage, ont concerné la plupart des pays européens. Parmi ceux-ci, les États italiens pré-unitaires sont restés dans l'ombre. Dans les faits, il y eut un débat transnational qui concerna l'aire italienne et, dans certains États italiens, l'abolition juridique fut promulguée. L'Italie adhéra aux traités internationaux et les États Pontificaux jouèrent un rôle important tant dans l'aire italienne que dans le débat abolitionniste transnational. Dans beaucoup de villes des États italiens pré-unitaires tournées vers la Méditerranée, la présence des cas d'esclavage entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle est avérée, même si le phénomène décline. Sur le plan quantitatif, l'expression de « phénomène graduel » peut être utilisée, mais l'histoire de vie et les pratiques esclavagistes qui se recoupent dans ces villes sont tout à fait significatives, et peu éloignées des pratiques présentes dans l'aire italienne dans les siècles précédents. La captivité, la guerre de course, le rapport entre esclavage et servitude, et le baptême comme voie de sortie, relèvent tous de ce phénomène complexe. Dans le XIXe siècle, les abolitions formelles de l’esclavage dans l’aire italienne, tant dans le pays qu’au niveau international, se confrontait à la réalité d’une persistance du phénomène de l’esclavage.

Jury

  • Myriam Cottias, (directrice de thèse), EHESS, CNRS
  • Rolf Petri, (directeur de thèse), Université Cà Foscari de Venise
  • Antonio De Almeida Mendes, Université de Nantes
  • Luca Lo Basso, Université de Gênes

Informations pratiques

Date(s)
  • Mardi 5 juillet 2016 - 10:30
Lieu(x)
  • Université Cà Foscari-Venise