Soutenance de thèse

Etre sikh en diaspora : mobilité transnationale, politique de reconnaissance et reconfigurations identitaires chez les sikhs britanniques

Résumé

Minorité ethno-religieuse originaire du Nord-Ouest de l’Inde, les sikhs ont une longue histoire migratoire qui prend naissance pendant la colonisation britannique. Cette thèse s’intéresse à la manière dont les sikhs de la diaspora, et particulièrement ceux de Grande-Bretagne, ont contribué de manière décisive à définir les contours de l’identité sikhe contemporaine. Pour ce faire, nous nous intéressons à la genèse coloniale du discours identitaire dominant, développé par l’élite sikhe réformiste dans la deuxième moitié du 19e siècle, qui repose sur l’élaboration de frontières socio-culturelles rigides séparant les sikhs des non-sikhs et sur la création d’une communauté unie et distincte, dotée d’un univers symbolique autonome, de rites propres et d’une histoire particulière.  Cette notion normative d’une communauté sikhe monolithique s'est trouvée consolidée en Grande-Bretagne sous l'effet des politiques publiques et de décennies de mobilisations communautaires pour le turban. La politique sikhe de reconnaissance repose sur l’idée d'exceptionnalisme des sikhs, de leur contribution importante à la société britannique et d’une relation historique privilégiée avec les anciens colonisateurs.  Cependant, l’étude de la pluralité des appartenances socio-religieuses – en particulier sectaires et de caste - révèle la diversité des manières d’être sikh en diaspora et bat en brèche les prétentions du leadership à parler au nom de « la » communauté sikhe.

Jury

  • M. Denis Matringe (Directeur de thèse), CNRS
  • M. William Berthomière, CNRS
  • Mme Nancy L. Green, EHESS
  • Mme Danièle Joly, CNRS
  • Mme Aminah Mohammad-Arif, CNRS
  • Mme Catherine Wihtol de Wenden, CNRS

Informations pratiques

Date(s)
  • Lundi 18 juin 2018 - 14:30
Lieu(x)
  • EHESS (salle 13 / 6e étage), 105 boulevard Raspail 75006 Paris