Soutenance de thèse

Expansion urbaine, accès à la propriété et insécurités foncières à Port-au-Prince (1986-2012). Anthropologie sociale d'une (mal) gouvernance foncière

De Pierre Martial Placide - Centre Norbert Elias - CNE
,
De Pierre Martial Placide - Campus EHESS Marseille
,
De Pierre Martial Placide - Doctorat - Sciences sociales (Marseille)

Résumé

Cette étude s’inscrit dans une démarche anthroposociologique, à partir d’enquêtes qualitatives approfondies menées dans l’agglomération de Port-au-Prince. Elle porte sur la période 1986-2012, après la chute de la dictature duvaliériste qui a marqué le début de l’explosion urbaine, et de la création de nouveaux quartiers par occupation de terres. Cette recherche permet de comprendre les dynamiques foncières dans la ville de Port-au-Prince (Haïti), à l’interface entre les pratiques populaires d’acquisition et de transfert de la propriété et les pratiques des institutions publiques chargées de l’administration foncière, mettant à jour les modalités de la gouvernance foncière urbaine « par le bas » à Port-au-Prince. La problématique porte sur les manières d’accéder aux terrains pour construire sa maison dans l’agglomération de Port-au-Prince. Cette recherche décrit des formes diverses d’accès à la propriété et la construction de propriété sur des parcelles de terre occupées, achetées, louées ou affermées. Dans le contexte spécifique d’Haïti, où le cadastre est ancien et la majorité des terres ont été autrefois titrées, elle révèle des formes originales d’accès à la propriété foncière et de construction de cette propriété, apporte des connaissances sur les rapports entre « formalité » et « informalité » ou le dualisme entre les pratiques du droit de l’Etat et les pratiques populaires en milieu urbain. Les analyses portent aussi sur la question de la sécurité et l’insécurité foncière. Elles montrent l’ampleur de l’insécurité, les pratiques des professionnels et la façon dont ils contribuent à l’insécurité foncière. Dans un contexte où la présence des professionnels du foncier (arpenteurs, notaires, avocats, etc.), le recours au droit et son instrumentalisation font partie des stratégies institutionnalisées permettant de s’approprier des terrains. La construction de la propriété apparaît ainsi un processus incertain, fondé sur l’occupation durable d’un terrain, dans un environnement institutionnel particulièrement incertain, où arrangements locaux et coups de force se combinent.  Cette mise en lumière de la gouvernance foncière « par le bas » à Port-au-Prince, telle qu’elle s’est construite depuis la chute du régime de Duvalier, constitue une toile de fond nécessaire pour comprendre les impacts fonciers du séisme de 2010, qui ont accentué les logiques à l’œuvre, tout comme les enjeux des tentatives de cadastrage qui ont suivi.

Jury

  • M. Philippe Lavigne Delville (Directeur de thèse), IRD
  • Mme Valérie Clerc, IRD
  • M. Gabriel Fauveaud, Université de Montréal
  • M. Alain Musset, EHESS
  • Mme Michèle Oriol, CIAT Port-au-Prince
  • M. Alain Rochegude, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • Mme Marie Redon, Université Sorbonne Paris Nord

Informations pratiques

Date(s)
  • Vendredi 10 décembre 2021 - 14:00
Lieu(x)
  • Visioconférence Afin d'affecter le moins possible la qualité de la visioconférence nous sommes contraints de limiter l'accès au public. Les personnes souhaitant assister à la soutenance devront se rapprocher du candidat.