La fabrication des musiques particularistes

De

Thèse soutenue par Elisabeth Cestor

Préparée sous la direction de Emmanuel Pedler

Président du jury : M. Bruno Péquignot, Professeur à l'université Paris-III

Jury : M. Jean-Louis Fabiani, Directeur d'études à l'EHESS
M. Lothaire Mabru, Maître de conférences à l'université Bordeaux-III
Mme Francesca Poglia Mileti, Maître-assistante à l'université de Neuchâtel

Spécialité : Sociologie


Chanter en langue d'oc sur une scène, devant un public, était inimaginable dans les années 1950. Un demi-siècle plus tard, c'est une pratique courante, même si ses interprètes restent inconnus du grand public. Cette thèse décrit l'évolution de ces musiciens et le positionnement particulier qu'ils ont choisi d'adopter en s'inscrivant dans les marges du monde professionnel. En privilégiant en effet une éthique de vie et diverses formes d'interaction avec leur milieu environnant, ces musiciens inscrivent leur cheminement en privilégiant le cadre local, parfois même au détriment de leur développement de carrière. Ils dérogent ainsi au système capitalistique du marché sans correspondre non plus à la figure de l'artisan qui privilégie la légitimation d'un savoir-faire : ils sont dans une position d'entre-deux, tout comme ils sont dans l'entre-deux de deux cultures, la culture française et la culture provençale.

Bien qu'un sentiment d'appartenance régionale existe, il reste ambigu, et est lesté par les représentations floues et souvent dépréciatives dont la culture provençale, en particulier musicale, fait l'objet. Malgré leurs tentatives d'« inversion du stigmate », les musiciens souffrent de ces catégorisations, véhiculées dans la mémoire collective. Les liens avec la culture provençale ayant été délaissés au fil des siècles, avec une accélération à partir de la fin du XIXe siècle, les musiciens d'expression occitane opèrent à un travail « archéologique » et de réappropriation d'un savoir sur cette culture. Dans ce cadre, on ne peut parler d'une invention de la tradition mais d'une activité qui s'inscrit dans la durée, menée par plusieurs générations de musiciens qui ont pour souci de penser leur pratique à partir des catégories du passé sans dénigrer, bien au contraire, les apports de la modernité.

Informations pratiques