Soutenance de thèse

Les Intellectuels et la recomposition de l'espace public roumain après 1989. Le cas du Groupe pour le Dialogue Social

Résumé

Le but de cette recherche est de rendre compte de quelques dominantes de l’espace intellectuel roumain lors du passage du socialisme d’État à la démocratie représentative et des effets dans différentes sphères d’activité intellectuelle dus aux changements dans l’ordre social tenant de l’installation des du marché et de la disparition progressive d’une économie régie par l’État. Le terrain de la recherche est constitué par un groupement d'intellectuels mis en place les derniers jours de décembre 1989, au moment même des transformations politiques déclenchées par la chute du régime communiste en Roumaine.  Le Groupe pour le Dialogue Social (GDS) fut le premier et resta le plus influent et stable groupement de la période postcommuniste ayant dans sa composition des auteurs ayant acquis leur reconnaissance sous le communisme, ainsi que de jeunes scientifiques formés également avant 1989. L’une des raisons de cette réussite consiste dans l’autorité culturelle accumulée par sa publication, l’hebdomadaire 22, qui se distingua parmi les publications intellectuelles et contribua de façon paradigmatique à la redéfinition de cet espace marqué après 1989 par l’intérêt accru pour des questions politiques et le monde politique. La nouveauté et la singularité du Groupe consistèrent en la durabilité du cumul des notoriétés : prestige obtenu par la majorité des membres comme auteurs de la période communiste, notoriété acquise par d'autres en tant que dissidents, mais aussi reconnaissance gagnée par certains autres à partir de 1990. Ces types de notoriété mis ensemble se sont manifestés par des engagements, collectifs et individuels, dont les formes furent multiples et diverses, consécutives et simultanées : textes publiés dans l'hebdomadaire du Groupe, interventions à l’occasion des rencontres avec des politiques, lettres ouvertes, expertise fournie aux organisations civiques ou à des structures politiques, articles publiés dans la presse spécialisée, essais et études politiques, participation à des associations civiques, enrôlement dans des partis politiques. La notoriété obtenue par bon nombre d’intellectuels du GDS, la durabilité du Groupe, sa tribune, 22, des investissements successifs dans la politique, du Groupe mais aussi individuellement, donnent du pouvoir à ses (re)présentations lorsque l’espace politique se structure autour du refus du communisme, l’« anticommunisme », et des anciens « communistes », membres de la nomenklatura surtout. Le GDS inclut des représentants des professions littéraires qui ont acquis leur reconnaissance et sont même devenus des figures notoires avant 1989, mais le GDS n’hésitera pas à intégrer aussi bien des journalistes que des juristes qui n’ont pas acquis leur reconnaissance comme auteurs, ne sont ni artistes ni scientifiques. L’hétérogénéité qui le caractérise, à travers une analyse de leurs trajectoires sociales et professionnelles et de leurs liens avec d’autres intellectuels et des politiques, permet d’esquisser des idées sur la situation et la place des intellectuels dans l’espace social pendant la période communiste mais surtout après 1989, et non seulement de ceux qui sont des membres de ce groupement.  Pour mieux situer le GDS et des membres du GDS dans l’espace intellectuel roumain après 1989 et pour tenter d’expliquer les tendances à l’œuvre dans le monde intellectuel et dans l’espace public recomposé après 1989, ce travail porte sur d’autres intellectuels car autour du GDS se constituent des réseaux grâce à 22 et des réseaux d’alliances grâce à d’autres activités des membres mais aussi car d’autres intellectuels formèrent de nouveaux lieux de socialisation politique et de sociabilité, restés dans leur majorité faiblement institutionnalisés. Sont présentées des institutions culturelles traditionnelles, là où ceux qui sont devenus membres du GDS ont travaillé avant 1989 et que certains habitent encore après 1989 mais aussi d’où leurs concurrents tirent leur autorité dans l’après 1989, qui ne partagent pas la vision du monde qui s’impose au sein du GDS, instance du pôle intellectuel de l’« anticommunisme », et au-delà. Mais aussi des entreprises culturelles comme maisons d’éditions, revues et centres d’expertise, qui sont l’œuvre des représentants des professions intellectuelles, résultat des transformations politiques et d’une reconfiguration des rapports de force au sein du champ intellectuel. Sont analysés des parcours d’intellectuel des membres du GDS ou des alliés de celui-là, mais aussi des concurrents des membres du GDS, mettant à profit l’analyse des réseaux, utilisée comme méthode dans une approche qualitative, et la biographie comme outil de recherche (constituant aussi objet de réflexion). Ce travail traite des pratiques proprement intellectuelles, mais surtout discursives, dans une analyse des textes à visée scientifiques et des textes journalistiques, regardant du côté des modes et des moyens d’occuper l’espace public formé par ces discours et ceux qu’ils suscitaient. Empruntant une approche socio-historique et s’inscrivant dans une approche relationnelle, ce travail porte sur les diverses formes que prend la politisation au sein des champs spécifiques – militantisme, entrée en politique, mobilisation politique et démobilisation des intellectuels – et sur les professions intellectuelles à l’aube et à l’épreuve de la démocratie et au service du processus de démocratisation.

Jury

  • Mme Gisèle Sapiro (Directrice de thèse), EHESS
  • M. Daniel Barbu, Université de Bucarest
  • Mme Ioana Cirstocea, CNRS
  • Mme Frédérique Matonti, Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne
  • M. Bernard Pudal, Université Paris Nanterre

Informations pratiques

Date(s)
  • Vendredi 21 décembre 2018 - 14:00
Lieu(x)
  • EHESS (Salle 13), 105 boulevard Raspail – 75006 Paris