Soutenance de thèse

De l’écrit à l’oral : démarche pour la redécouverte des savoirs de la pratique modale improvisée du Mālūf tunisien à travers l’analyse formulaire de trois corpus d'istihbār

Résumé

Cette thèse s'interroge sur la nature du fossé qui existe entre la théorie et la pratique du mālūf tunisien suite à sa transcription dans le cadre de la Rašīdiyya, au début du 20ème siècle. Elle décrit le contexte dans lequel s'est transformée cette musique orale, à la base improvisée, en une musique écrite, apprêtée, presque  figée. Nous redécouvrons à travers les entretiens réalisés avec des musiciens appartenant à une génération charnière entre oral et écrit et maitrisant l'art de l'improvisation modale, les savoirs liés à cette pratique. Cette thèse propose d'abord une démarche pour la mise en place d'une méthode d'analyse appropriée à l'istiḫbār (une forme modale improvisée), en s'inspirant de la démarche analytique d'un auditeur averti. Dans un deuxième temps, la méthode d'analyse formulaire proposée est appliquée sur un corpus d'istiḫbār -s didactiques de Muḥammad Sʿāda. Elle aboutit à une description formulaire des modes tunisiens et l'étude de leur parenté. Enfin, ce manuscrit aborde à travers une démarche expérimentale, l'étude des processus de modulation et met à jour les techniques d'improvisation indissociables à la pratique modale du mālūf . Le protocole expérimental élaboré et soumis au Maître Nāṣir Zġunda a permis de constituer un corpus d'istiḫbār permettant l'aboutissement de cet objectif.

Jury

  • M. Marc  Chemillier (Directeur de thèse), EHESS
  • M. Simha Arom (Codirecteur), CNRS
  • Mme Nathalie Fernando, Université de Montréal
  • M. Jean Lambert, Musée de l’Homme
  • M. Olivier Lartillot, Université d’Oslo
  • M. Mourad Sakli, Institut Supérieur de Musique de Tunis
  • M. Olivier Tourny, Aix-Marseille Université

Informations pratiques

Date(s)
  • Samedi 27 octobre 2018 - 09:00
Lieu(x)
  • EHESS (Salle 8),105 boulevard Raspail – 75006 Paris