Soutenance de thèse

L'accueil de l'Etranger en France et au Chili : esquisse ethnographique et dramaturgique de traumatismes historiques

De Charlotte Grégoreski - Centre Norbert Elias - CNE

Résumé

Ce travail de thèse s’intéresse aux histoires ordinaires et extraordinaires traversant deux lieux d’accueil de l’Étranger séparés par un océan. Il propose de se plonger dans l’univers du Centre Sing, un Centre d’Hébergement d’Urgence pour Migrants situé en région parisienne, et dans celui du Bureau Song, un Bureau Municipal pour les Migrants et les Réfugiés de la commune de Las Violetas, en banlieue de Santiago du Chili. Le Centre Sing accueille des « migrants » (des demandeurs d’asile, des réfugiés, des « dublinés ») évacués des campements se formant dans les rues parisiennes depuis 2015. Le Bureau Song est apparu concomitamment à l’arrivée progressive des Haïtiens au Chili autour des années 2010 ; il s’adresse à toute personne étrangère arrivant et/ou résidant dans la commune de Las Violetas. C’est à partir de la description dense du quotidien de ces deux lieux que les différentes temporalités de l’accueil de l’Étranger, en France et au Chili, se dessinent et dialoguent : de l’actualité et de la cruauté des politiques migratoires contemporaines humanitaires, surgissent, entre autres, des traces laissées par des passés historiques traumatiques. Dans cette thèse, le traumatisme historique est appréhendé comme transgénérationnel et collectif. Il est articulé à l’idée que des événements historiques violents (guerres, colonisations, dictatures, etc.) puissent avoir laissé des traces, palpables au Centre Sing et au Bureau Song. Saisir ce double niveau analytique (décrire des réalités migratoires et remonter, en leur sein, des traces de traumatismes historiques) implique une posture de recherche expérimentale et créative, ainsi qu’une approche interdisciplinaire voire transparadigmatique. Ce travail de recherche s’ancre dans une démarche ethnographique réflexive, une participation-observante et des expérimentations méthodologiques (co-construction des savoirs, création audiovisuelle). Ces expériences de terrain mettent en mouvement différentes disciplines des sciences sociales, parmi lesquelles l’anthropologie, la psychanalyse et la psychogénéalogie, les sciences politiques, le droit, la micro-histoire. Elles ouvrent à de nouvelles pistes conceptuelles : de l’effet disruptif/sensation de choc, à la résonance, de la cruauté d’État à la colère, du malaise à la trace juridique, des mémoires en actes à la résistance/résilience, etc. Structurée en « actes », en référence à la trame narrative du théâtre, cette thèse porte une attention simultanée et sensible à l’ensemble et aux détails de la vie (extra)ordinaire du Bureau Song et du Centre Sing. C’est dans ce double mouvement, dans toute la violence et l’humanité de ces lieux, que s’esquissent, au fil des lignes, de manière diffuse (dans les corps, les mots, les affects, les pratiques, les interactions, les textes de droit, les représentations de l’histoire, etc.) des traces de traumatismes historiques.

Jury

  • Mme Véronique Bénéï (Directrice de thèse), CNRS
  • Mme Maria Emilia Tijoux (Directrice de thèse), Universidad de Chile
  • Mme Karen Akoka, Université Paris Nanterre
  • M. Enrique Aliste, Universidad de Chile
  • Mme Cécile Canut, Université de Paris
  • Mme Carolina Kobelinsky, CNRS
  • M. Alain Morice, CNRS
  • M. Richard Rechtman, EHESS

Informations pratiques

Date(s)
  • Jeudi 9 décembre 2021 - 14:00
Lieu(x)
  • Visioconférence Afin d'affecter le moins possible la qualité de la visioconférence nous sommes contraints de limiter l'accès au public. Les personnes souhaitant assister à la soutenance devront se rapprocher du candidat.