L\'analyse microéconomique des relations d\'emploi dans le secteur informel urbain

De

Thèse soutenue par Yvan Guichaoua

Préparée sous la direction de Robert Boyer

Président du jury : Mme Bénédicte Reynaud, Directrice de recherche au CNRS

Jury : M. Jérôme Gautié, Professeur à l'université de Reims
M. Marc Le Pape, Chargé de recherche au CNRS
M. François Roubaud, Directeur de recherche à l'Institut de recherche pour le développement

Spécialité : Économie des institutions


La présente étude cherche à lever certaines des lacunes de l'analyse microéconomique des relations d'emploi du large « secteur informel » des économies en développement, considéré à tort comme un marché de type walrasien. S'appuyant sur une enquête menée auprès de travailleurs de la petite industrie abidjanaise, en Côte d'Ivoire, la thèse établit une taxonomie des relations d'emploi originale qui est ensuite analysée à l'aide des outils standard de la microéconomie.

Cette démarche de vérification des modèles montre que les agents ne se comportent conformément aux prédictions de l'approche néo-classique que lorsque des circonstances spécifiques sont réunies : lorsque les ménages endurent une vulnérabilité économique chronique (modèles de mise au travail des enfants) ou lorsque les individus sont extraits de leurs tutelles familiales ou de type patron-client (modèles de partage des risques).

En dehors de ces circonstances, la mobilisation d'outils sociologiques, tels que ceux développés par Pierre Bourdieu (modalites d'acquisition des dispositions, principes d'accumulation de capital social), est la bienvenue pour rendre compte des décisions des agents.

Informations pratiques