L’héritage de la sirène: parcours transculturels d’une image populaire

De

Thèse soutenue par: Chiara BORTOLOTTO

8 novembre 2005

Formation doctorale : Anthropologie sociale et ethnologie

Jury:

Antonino BUTTITTA, Professore ordinario, Università di Palermo

Daniel FABRE, Directeur d’études, EHESS-LAHIC

Giovanni PUGLISI, Professore ordinario, Università di Lingue e Comunicazione IULM

Jean-Claude SCHMITT, Directeur d’études, EHESS-GAHOM


Une approche télescopique par une enquête de très longue durée et une analyse microscopique des cas localisés révèlent la dimension transculturelle -à la fois diachronique et synchronique- des réemplois populaires de l’image de la sirène.
Les cas étudiées sont très éloignés dans le temps et dans l’espace: Mami Wata dans l’Afrique post-coloniale; un corpus d’amulettes européennes et une sirène nourrice au Moyen Âge; des sirènes séductrices dans la Grèce ancienne.
L’étude des intentionnalités activées par ce corpus d’images-objets suit les branchements historiques qui relient ces cas et souligne, dans un parcours régressif, l’étendue historique des dynamiques de métissage culturel.
Chaque adaptation culturelle de l’image de la sirène, loin de se présenter comme la survivance d’une tradition, se définit comme une invention novatrice s’appropriant d’ un héritage sélectionné par une mémoire active et irrévérencieuse. Cette recomposition constante sauvegarde ainsi la vitalité du mythe.

Informations pratiques