Soutenance de thèse

L'indien et les contours de la nation péruvienne. Genèse, développement et déclin de la pensée indigéniste (1888-1965)

Résumé

Cette thèse étudie le développement de la pensée indigéniste péruvienne (1888-1965), qui constitue un mouvement intellectuel et culturel extrêmement important dans l’Histoire du pays, de par sa particularité à défendre l’intégration des populations indigènes au sein de la nation péruvienne. En effet, nous analyserons dans ce travail de recherche les idées développées par les auteurs au cours des différentes phases composant ce courant de pensée qui s’étendra sur environ un siècle, permettant ainsi la revalorisation progressive de l’image des habitants indigènes, qui ne furent plus perçus comme les serfs exploités du XIXème siècle, mais devinrent des citoyens péruviens avec de plus en plus de droits. Ainsi, nous soutenons l’idée selon laquelle la pensée indigéniste représenta le développement du nationalisme inclusif au Pérou ; en d’autres termes, elle incarna un mode de pensée original qui réussit à adapter les différentes problématiques de la construction de la nation européenne à la réalité sociale péruvienne, et chercha à construire une nation plus moderne et plus juste. En ce sens, cette thèse parcourt les points les plus importants du développement du mouvement indigéniste dans le processus historique, politique, culturel, intellectuel et social péruvien. Dans la première partie de cette recherche, nous analyserons la lente mise en marche du mouvement indigéniste républicain (1888-1905) en suivant les pas des travaux pionniers de ce courant de pensée. Une deuxième partie s’attachera au développement de l’indigénisme tutélaire (1905-1920), phase durant laquelle le mouvement réussit à se consolider comme l’une des pensées les plus influentes de la scène intellectuelle péruvienne. La troisième partie sera dédiée au développement de l’indigénisme révolutionnaire (1920-1930), point culminant du courant intellectuel qui nous occupe. Enfin, nous étudierons le processus de déclin de l’indigénisme péruvien (1930-1965) depuis une perte de dynamisme croissante jusqu’à sa disparition parmi les différentes disciplines des Sciences Sociales, substitué a posteriori par de nouvelles approches liées au multiculturalisme et à l’interculturalité.

Jury

  • M. Gilles Bataillon (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Louise Benat-Tachot, Université de Marne-la-Vallée
  • Mme Renée Fregosi, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • M. Danilo Martuccelli, Université Paris Descartes
  • Mme Carmen Salazar-Soler, CNRS

Informations pratiques

Date(s)
  • Lundi 26 novembre 2018 - 15:00
Lieu(x)
  • EHESS (salle 4), 105 boulevard Raspail 75006 Paris