Macanais, Portugais et Chinois : identifications et rapports sociaux et historiques dans la construction socioculturelle de Macau.

De

Résumé

Cette thèse interroge la nature des processus impliqués dans la construction de l’identité de Macau, Région Administrative Spéciale de la Chine (RAS), et ancienne « possession » portugaise, envisagée sous l’angle des processus d’identification des résidents macanais, chinois et portugais.

Elle traite des effets que la coexistence de différentes populations a su imprimer au « caractère » de cette ville, conçu comme le produit des rapports entre ses résidants, mais aussi avec l’espace habité, à la fois contemporain et historique. Couplant des sphères micro et macro d’analyse dans une approche totalisante de la ville, ce travail étudie l’apport de processus globaux longs (gouvernance partagée) et conjecturels (libération du jeu, « boom » économique), qui traduisent l’influence de dynamiques et d’enjeux anciens et nouveaux, politiques, socio-économiques et urbains, dans la production et la transformation de la localité.

Il évalue ainsi leur impact sur la forme de la ville et sur l’identification et l’expérience vécue des résidants, en particulier dans la reproduction de deux catégories locales : les Eurasiens et les Chinois de Macau. Il ressort de cette recherche que la construction socioculturelle de Macau est empreinte de spécificités, façonnées par les perceptions et les relations qu’entretiennent ses résidants avec le Portugal et la Chine, ou encore avec la diaspora chinoise et avec Hong-Kong et par la production des rapports interethniques particuliers.

Jury

  • Michel Agier, DE EHESS
  • Allen Chun, Research Fellow Academia Sinica
  • Jonathan Friedman, DE EHESS, Directeur de la thèse
  • Jean-Pierre Hassoun, DR CNRS
  • Christine Jourdan, PR Concordia University
  • Joao de Pina-Cabral, PR University of Kent
  • Anne Raulin, PR Université Paris Ouest Nanterre

Informations pratiques